Cet article date de plus de neuf ans.

À peine débuté, le nouveau procès d'Hosni Moubarak tourne court

Le président du tribunal égyptien chargé de juger une nouvelle fois Hosni Moubarak s'est récusé dès l'ouverture de la première audience samedi au Caire. Le juge Hassan Abdallah a renvoyé le dossier devant une cour d'appel. Elle devra choisir un nouveau tribunal.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Amr Nabil/ AP/SIPA)

Un coup de théâtre à l'ouverture du nouveau procès de
l'ancien président égyptien Hosni Moubarak. Le président du tribunal, le juge Hassan
Abdallah, a décidé de transmettre le dossier à une autre juridiction. Il a dit
avoir remis l'affaire à la Cour d'appel du Caire en raison du
"malaise" qu'elle lui inspire.

Peu avant, Hosni Moubarak était arrivé sur une civière dans
le tribunal installé dans une école de police de la banlieue du Caire. Vêtu de
blanc et le regard masqué par des lunettes de soleil, l'ancien homme fort de l'Égypte
devait assister à son procès en compagnie de ses coaccusés.

Âgé de 85 ans, l'ex-raïs avait été jugé une première fois
l'an dernier pour complicité dans le meurtre de manifestants et corruption. Il
avait été condamné à la réclusion à perpétuité
. La décision du juge de se
récuser ouvre la voie à une prolongation indéfinie des procédures. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.