VRAI OU FAKE : d'où viennent les engagements des figures du mouvement anti-vaccin qui sont aussi anti-avortement ?

Publié
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Plusieurs figures de la désinformation, qui se sont fait connaître durant la crise du Covid-19, partagent des positions anti-avortement. Leurs engagements viennent parfois au nom de leurs valeurs catholiques.

Pendant la crise du Covid-19, certaines personnes dénonçaient la politique sanitaire du gouvernement. Elles ont aussi pris position contre l'IVG. Alors, d'où vient cet engagement ? Pour certains, c'est au nom de leurs valeurs catholiques conservatrices, comme l'avocat Fabrice Di Vizio. Fervent opposant à la vaccination, il estime aussi que l'avortement est un véritable problème. "Quand une société est capable d'ériger en droit l'interruption volontaire de grossesse pour des motifs qui sont des motifs de convenance personnelle, on est vraiment sûr qu'on est en train de prendre le bon chemin ?", interroge-t-il.

Une tribune "pro-vie" cosignée par Alexandra Henrion-Caude

La généticienne Alexandra Henrion-Caude, devenue figure des anti-vaccins, partage l'avis de l'avocat. Fervente catholique, proche de la Manif pour tous, elle avait cosigné en 2021 une tribune dite "pro-vie" sur le site France Soir. Cette dimension "pro-vie" est donc portée par de nombreuses figures de la désinformation. Même le gourou du cru et du bien-être Thierry Casasnovas, qui prône la consommation de jus contre n'importe quelle maladie, a estimé dans une vidéo publiée en 2016 que l'avortement était un symptôme de la débauche sexuelle actuelle. Il a depuis supprimé cette vidéo.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.