Vidéo Brigitte, ancienne militante au MLAC, témoigne

Publié Mis à jour
Quand elle se retrouve enceinte, Brigitte s’est faite aider par d’autres femmes pour avorter. Elle a voulu en faire de même plus tard. À l’occasion de la sortie du film “Annie Colère” ce 30 novembre, elle raconte son histoire.
Brut.
Article rédigé par
En 1973, Brigitte rejoint le MLAC (Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception), en France. La jeune femme a alors la vingtaine, elle est volontaire. À l’occasion de la sortie du film “Annie Colère” ce 30 novembre, qui met en lumière ce mouvement, elle raconte son histoire.

En 1973, j’étais mineure et je me suis retrouvée enceinte” se souvient Brigitte. “J’habitais en Seine-Saint-Denis dans une cité et ma voisine, qui était plus âgée, qui était au MLF (Mouvement de libération des femmes), a décidé de m’aider. (...) Elle m’a accompagnée auprès d’une gynécologue qui pratiquait seule dans son cabinet le week-end. C'était un geste militant, c'était gratuit.” Après cet évènement, Brigitte décide elle aussi de s'engager. "C'est après cet avortement que j'ai été sensibilisée, que je n'ai pas voulu que d'autres femmes vivent dans cette incertitude, dans ces contraintes et dans cette détresse".

“Le vote de la loi Veil, c'est vraiment notre combat”

Avec d'anciennes amies du lycée, la jeune femme décide de créer un groupe MLAC (Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception). Elles ne pratiquent alors pas d'avortement mais accompagnent les femmes au Jardin des plantes à Paris pour des départs en car vers l'Angleterre et la Hollande qui étaient organisés par le MLAC national.

Lorsqu'elle arrive à Paris en 1974, Brigitte rejoint un groupe, qui lui, pratique l'avortement. “On n’était jamais seule pour faire ce geste. Il y en a une qui tenait la main, l’autre qui prenait la douleur, l’autre qui passait les instruments, il y avait tout un accompagnement autour de la femme”.

"Le vote de la loi Veil, c’est vraiment notre combat. Et c’est grâce à notre combat, de tous les groupes, que cette loi a été votée. Bien sûr, Simone Veil a fait ce travail politique extrêmement important à l’Assemblée et elle a été très courageuse de le mener, mais avant, il y avait tout ce mouvement", tient à rappeler Brigitte. Mise en application le 17 janvier 1975, la loi Veil a permis d'encadrer la dépénalisation de l'avortement en France.

Réalisé par Blandine Lenoir, le film “Annie Colère” rend hommage à l'action du mouvement du MLAC en France. Le film sort ce mercredi 30 novembre au cinéma. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.