"Islamo-gauchisme" à l'université : ce terme "ne correspond à aucune réalité scientifique", répond le CNRS à Frédérique Vidal

La ministre de l'Enseignement supérieur a demandé à cet organisme d'enquêter sur ce qui relève de la recherche et ce qui relève du militantisme à l'université. Le CNRS "condamne avec fermeté" l'emploi de ce terme.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Paris, le 7 décembre 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"'L'islamo-gauchisme', slogan politique utilisé dans le débat public, ne correspond à aucune réalité scientifique", dénonce, mercredi 17 février, le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans un communiqué. L'organisme a vivement réagi après que la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, lui a demandé d'enquêter sur ce qui relève de la recherche et ce qui relève du militantisme à l'université. 

>> Enseignement supérieur : on vous explique la polémique sur l'enquête visant l'"islamo-gauchisme" réclamée par le gouvernement

Le CNRS rejette l'utilisation du terme "islamo-gauchisme", aux "contours mal définis", qui "fait l'objet de nombreuses prises de positions publiques, tribunes ou pétitions, souvent passionnées". Il "condamne avec fermeté celles et ceux qui tentent d'en profiter pour remettre en cause la liberté académique, indispensable à la démarche scientifique et à l’avancée des connaissances, ou stigmatiser certaines communautés scientifiques."

"La polémique actuelle autour de l''islamo-gauchisme', et l’exploitation politique qui en est faite, est emblématique d'une regrettable instrumentalisation de la science."

Le CNRS

dans un communiqué

Le CNRS s'inquiète des "tentatives de délégitimation de différents champs de la recherche, comme les études postcoloniales, les études intersectionnelles ou les travaux sur le terme de 'race', ou tout autre champ de la connaissance".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.