Violences sexuelles : Dominique Boutonnat, président du CNC, en garde à vue pour agressions sexuelles et tentative de viol sur son filleul

Les faits remontent, selon ce filleul, à l'été dernier. Une enquête est ouverte.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le 13 septembre 2019. (XAVIER LEOTY / AFP)

Dominique Boutonnat, président du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), est entendu dans le cadre d’une garde à vue depuis mercredi 10 février au matin. Il est accusé par son filleul, majeur, d’agressions sexuelles et de tentative de viol, a appris franceinfo de source judiciaire, confirmant une information de BFM.

Dominique Boutonnat dément

Ce filleul dénonce un fait unique remontant à l’été dernier. Il a déposé plainte le 7 octobre. Une enquête a été ouverte par le parquet de Nanterre. "Mon client conteste fermement les faits d'agression sexuelle et de tentative de viol", affirme l’avocat de Dominique Boutonnat, Emmanuel Marsigny, joint par franceinfo. Dominique Boutonnat "est totalement serein sur l'évolution de la procédure".

Dominique Boutonnat, 51 ans, est également connu en tant que producteur de cinéma. Il a notamment produit les films L’Arnacoeur de Pascal Chaumeil, Intouchables d’Olivier Nakache et Éric Toledano, Polisse de Maiwenn. En novembre 2020, soit près d'un an après le séisme provoqué par les accusations de l'actrice Adèle Haenel visant le réalisateur Christophe Ruggia, Dominique Boutonnat avait annoncé le lancement d'une formation pour prévenir les violences sexuelles, à destination des employeurs du secteur. Une formation d'entrée critiquée car ne prévoyant pas d'inclure les réalisateurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.