VIDEO. Violences sexuelles dans le patinage : "On ne s’est pas rendu compte de la gravité des problèmes", regrette Nathalie Péchalat

L'ancienne patineuse était l'invitée de l'émission "C à vous", sur France 5.

FRANCE 5

"Oui, j'ai mal à mon sport." Nathalie Péchalat s'est exprimée sur le plateau de l'émission "C à vous", mercredi 5 février, sur France 5. L'ancienne patineuse espère que "les témoignages continuent de sortir et que toutes les fédérations sportives prennent l'ampleur du problème" des violences sexuelles dans le sport.

On a tous dans nos parcours entendu des choses. Simplement, on ne savait pas si c'était des rumeurs, des suspicions. On ne s’est pas rendu compte de la gravité des problèmes.

Nathalie Péchalat

sur France 5

Sur le cas de Gilles Beyer, l'ancien entraîneur accusé de viol par plusieurs patineuses, Nathalie Péchalat explique avoir fait "des tournées 'Equipe de France' avec lui." Avoir plusieurs patineuses, elle se souvient qu'il leur "est arrivé une fois ou deux de rigoler du fait que Gilles Beyer ait envoyé un texto un peu chaud au milieu de la nuit, ou ait frappé à la porte d'une des filles, mais on prenait ça avec de la légèreté, en se disant 'il a dû boire un coup de trop', et on passait à autre chose". 

Mais l'ancienne danseuse sur glace Nathalie a aussi témoigné de ses regrets de ne pas avoir su comment dénoncer le comportement de Gilles Beyer. "On n'a pas poussé la conversation, pour la simple et bonne raison qu'on ne savait pas quoi faire des informations, à qui les adresser".

Nathalie Péchalat fait partie des 54 athlètes olympiques qui ont signé, mardi, la tribune demandant justement la création d'une cellule indépendante des fédérations pour recueillir la parole des victimes. Le texte est disponible sur franceinfo.fr

L\'ancienne patineuse Nathalie Péchalat à Montpellier (Hérault), le 13 février 2019.
L'ancienne patineuse Nathalie Péchalat à Montpellier (Hérault), le 13 février 2019. (MAXPPP)