VIDEO. "C'est comme si on était des bouts de viande" : des pom-pom girls racontent comment elles sont harcelées

Harcèlement, sexisme... Le "New York Times" a publié les témoignages de dizaines de cheerleaders américaines. Franceinfo a tenté de savoir si la situation était la même en France.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

"Le supporter m'a regardée et il m'a dit : 'J'espère que tu te feras violer'." Les récits publiés par le New York Times (en anglais), mardi 10 avril, sont terrifiants. Le journal a interrogé des dizaines de pom-pom girls professionnelles américaines, qui ont dansé lors de grands matchs de football, de basket ou de hockey. Elles évoquent de nombreux faits de harcèlement sexuel"On a découvert des conditions sordides aux Etats-Unis, décrit à franceinfo Elise Pompom girl, chorégraphe pom-pom et coach. Les gens commencent à se demander : 'Mais, c’est quoi le quotidien de ces filles ?'"

"Viens là ma poupée"

La situation est-elle similaire en France ? "Dans la majorité des événements, les supporters sont très agréables, ça se passe bien. Mais oui, il y a déjà eu des remarques déplacées", se souvient Flora, danseuse et coach de l'équipe des Cheers up Dance. Elise rapporte quelques phrases entendues : "T'es belle. T'es bonne. Viens là ma poupée." "On a l’impression d’être considérées comme un bout de viande alors que nous, on vient pour danser", dénonce-t-elle.

Toutes deux regrettent également la mauvaise image dont souffre leur activité. "Les spectateurs ont un cliché en tête : la pom-pom girl américaine qui est là pour faire potiche", décrit Flora. "C’est forcément des filles presque dénudées avec des tenues très sexy", ajoute Elise. Rien à voir avec l'idée qu'elles s'en font.

On est là pour faire une performance physique, artistique. On ne fait pas juste de la figuration.

Flora

à franceinfo

"Ce n’est pas parce qu’on est habillée en minijupe qu’on veut forcément aguicher. On est juste là pour donner un beau spectacle et pour égayer la journée des gens", confirme Mélanie, 19 ans, pom-pom girl à Marseille. 

"Le combat ne fait que commencer"

Mais si ces remarques sont courantes, les jeunes femmes disent ne pas se sentir menacées. "Dans la majorité des prestations, on nous informe qu’un service de sécurité est là et qu’on peut faire appel à lui s'il y a le moindre problème, s'il y a une personne trop ennuyeuse", explique Flora. Outre-Atlantique, les pom-pom girls ne tiennent pas le même discours. "Le staff des équipes sportives est au courant de la situation, d'après les pom-pom girls, mais ne fait rien pour empêcher le harcèlement", souligne le New York Times.

"Le combat ne fait que commencer", réagit Elise. "Aujourd’hui, les gens commencent à parler", se réjouit-elle, citant l'émergence des mouvements #Balancetonporc et #Metoo : "Une porte s’ouvre, pour transformer l’image de la pom-pom girl, la reconnaître à sa juste valeur."

Des pom-pom girls décrivent à franceinfo le harcèlement dont elles sont parfois victimes.
Des pom-pom girls décrivent à franceinfo le harcèlement dont elles sont parfois victimes. (FRANCEINFO)