Vers des cellules d'écoute à la fac pour les victimes de harcèlement ou de sexisme

"Une vingtaine d'établissements" ont déjà mis en place "un dispositif de prévention et de traitement opérationnel", selon la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal.

La ministre de l\'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le 29 novembre 2017, à son bureau à Paris.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, le 29 novembre 2017, à son bureau à Paris. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, souhaite la création de cellules d'écoute et d'accueil dans chaque université, pour les femmes victimes de harcèlement ou de sexisme, d'ici à la rentrée 2018. Elle en a fait la proposition, lundi 4 décembre, lors d'un colloque sur les violences sexistes et sexuelles dans l'enseignement supérieur et la recherche, organisé à l'université Paris-Diderot.

"Des procédures disciplinaires chaque fois que ce sera nécessaire"

En 2015, une circulaire avait déjà été publiée pour inciter les établissements publics d'enseignement supérieur à se doter de moyens de prévention et de prise en charge du harcèlement sexuel. Jusqu'ici, "une vingtaine d'établissements ont mis en place un dispositif de prévention et de traitement opérationnel. C'est une avancée, mais qui reste encore insuffisante", a souligné la ministre.

Cette cellule permettra, "dans un deuxième temps, d'alerter les présidents et chefs d'établissement", a expliqué la ministre. Frédérique Vidal a promis d'être aux côtés "des établissements pour enclencher des procédures disciplinaires chaque fois que ce sera nécessaire". Cette mesure devrait faire l'objet d'une circulaire du ministère.