Un député LREM craint que la libération de la parole finisse par "émasculer tous les hommes"

Interrogé par "La Voix du Nord", Jean-Pierre Pont estime que "tout le monde parle trop".

Jean-Pierre Pont, député LREM du Pas-de-Calais, le 15 novembre 2017 à l\'Assemblée nationale.
Jean-Pierre Pont, député LREM du Pas-de-Calais, le 15 novembre 2017 à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)

Depuis que l'affaire Weinstein a éclaté, plus un jour ne passe sans que des personnalités soient accusées de harcèlement ou d'agressions sexuelles. Si certains jugent salutaire cette libération de la parole des femmes, d'autres, comme le député LREM Jean-Pierre Pont, 67 ans, semblent dubitatifs.

Son conseiller s'étrangle en entendant ses propos

Interrogé par La Voix du Nord, cet ancien médecin, élu député du Pas-de-Calais sous la bannière de La République en marche, estime que "tout le monde parle trop". "La moindre réflexion, la moindre main sur les épaules peut désormais poser question. Ça va finir par devenir de l’extrémisme. On ne va quand même pas finir par émasculer tous les hommes !" s'exclame-t-il.

Le quotidien régional précise que le conseiller du député, qui assistait à la conversation, "s'est étranglé" devant la teneur de ces propos. Tout en rappelant le "caractère intolérable de ce genre de gestes à l'égard des femmes", l'élu n'est que moyennement convaincu par "la police du quotidien" voulue par Emmanuel Macron pour combattre ces faits. "Il faut voir, mais je ne suis pas certain que ces verbalisations soient faciles à réaliser", estime-t-il.