Témoignage #MeTooDJ : "J'étais entourée par des hommes aux regards plus que graveleux", la DJ Paloma Colombe dénonce les violences sexistes du milieu de la fête

Fin juin, Paloma Colombe a dénoncé sur les réseaux sociaux les agressions sexuelles et sexistes qui n'épargnent pas le monde de la fête. Pour franceinfo, elle témoigne aussi de sa propre expérience en tant que DJ parisienne, régulièrement victime de discrimination.
Article rédigé par France Info - Sophia Berrada
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Paloma Colombe lors du festival des TransMusicales à Rennes en 2021. (MARTIN ROCHE / OUEST-FRANCE / MAXPPP)

L'été a beau être la saison des festivals, des boîtes de nuit et des soirées qui s'étirent jusqu'au petit matin, les pistes de danse sont aussi le reflet d'une triste réalité, celle des violences sexistes et sexuelles dans le milieu festif. Les femmes DJ y sont particulièrement exposées, comme l'a dénoncé Paloma Colombe, DJ parisienne depuis dix ans, sur les réseaux sociaux au début du mois de juin.

>> Harcèlement sexuel et sexiste : des chercheuses dénoncent l'impunité dont bénéficient certains professeurs

Dans un post Instagram, elle raconte une expérience particulièrement traumatisante lors d'un show dans une boîte de nuit parisienne, où sa table de mixage est placée au centre de la salle. "J'étais entourée d'hommes très alcoolisés qui me hurlaient dessus en me disant quoi faire, quoi jouer. Et en fait qui s'approchait qui mettaient leur torse par dessus les barrières de sécurité pour pouvoir s'approcher de moi."

Pas l'ombre d'un agent de sécurité pour s'inquiéter de la situation ce soir-là, alors Paloma se fait hyper vigilante. "J'avais une robe, très belle, bleu électrique. Quand j'ai vu que j'étais entourée par des hommes aux regards plus que graveleux, j'ai décidé de garder cette veste et de mourir de chaud", regrette l'artiste. Des copines viennent à sa rescousse et tentent de calmer ces hommes.

"Elles ont commencé à se faire insulter de connasse, de pute, de salope. Elles se sont prises des doigts d'honneur et des menaces pendant toute la durée de mon set qui a duré deux heures."

Paloma Colombe, DJ

à franceinfo

Une remise en question de ses compétences

Paloma hésite et se demande quelle est l'attitude la plus professionnelle à adopter : "Est ce que c'est d'arrêter mon set pour signaler qu'il y a quelque chose de grave qui est en train de se passer ou bien c'est de continuer la musique pour les 1500 personnes qui sont là alors que mes amies étaient en train de se faire insulter sous mes yeux, que j'avais peur pour ma sécurité et pour leur sécurité ?"

Insultes ou intimidations, les femmes DJ doivent sans cesse prouver leur légitimité. D'ailleurs, une des remarques que Paloma entend le plus est "qu'on ne peut pas être à la fois jolie et à la fois avoir des connaissances musicales". Ses connaissances musicales sont remises en cause et ses connaissances techniques face à la machine que sont les platines. Il y a quelques mois, alors qu'elle mixe devant des milliers de personnes, un ingénieur du son l'interpelle en l'attrapant par la taille. "Il me dit : 'Si tu veux, le bouton du retour est là'. Sachant que j'utilisais depuis le début de mon set, donc ça n'avait aucun sens." Des échanges qui tiennent plus du quotidien que de l'exception selon Paloma.

La DJ Paloma Colombe dénonce les violences sexistes du milieu de la fête - Sophia Berrada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.