Royaume-Uni : la police enquête après la publication de milliers de témoignages d'agressions sexuelles d'élèves sur un site internet

Everyonesinvited.uk recense plus de 5 800 témoignages impliquant de nombreux établissements, dont certaines prestigieuses écoles privées, comme le Eton college.



Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du site internet wwww.everyonesinvited.uk, qui recueille des témoignages de harcèlement et agressions sexuelles dans des écoles britanniques. (EVERYONEISINVITED.COM)

Des milliers de témoignages. Au Royaume-Uni, la police de Londres a annoncé vendredi 26 mars enquêter après la publication massive de témoignages de harcèlement et d'agressions sexuelles sur le site internet Everyonesinvited.uk (en anglais).

Ce dernier permet de partager anonymement les agressions qu'ont subies de jeunes Britanniques au long de leur scolarité. Lancé en juin 2020 par une étudiante de 22 ans, le site recense désormais plus de 5 800 témoignages impliquant de nombreux établissements, dont certaines prestigieuses écoles privées, comme le Eton college.

La police encourage à porter plainte

Vendredi soir, la police de Londres a annoncé dans un communiqué avoir "examiné le contenu" du site pour "encourager" toute potentielle victime à porter plainte"Le nombre de témoignages publiés sur ce site est profondément inquiétant", a déclaré la commissaire Mel Laremore, en charge des viols et délits sexuels.

"Nous saluons toute initiative qui encourage les victimes d'un délit sexuel à s'exprimer et à chercher du soutien. Nous prenons très au sérieux les accusations d'agressions sexuelles."

La commissaire Mel Laremore

dans un communiqué

La police de Londres a indiqué avoir contacté les écoles identifiées pour offrir aux victimes d'agression sexuelle "un soutien spécialisé". Elle est aussi entrée en contact avec la propriétaire du site, afin d'y insérer un lien permettant aux contributeurs de contacter directement la police.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.