Meurthe-et-Moselle : des plaintes pour harcèlement moral déposées par des militaires ou anciens militaires de la base Nancy-Ochey

L'avocat des plaignants évoque des actes de maltraitances et d'humiliation à caractère homophobe et sexiste, lors de séance de bizutage.

Article rédigé par
Avec France Bleu Sud Lorraine - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La base aérienne de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle), en 2015. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Des plaintes pour "harcèlement moral" ont été déposées au parquet de Metz par cinq militaires ou anciens militaires visant la base aérienne 133 de Nancy-Ochey (Meurthe-et-Moselle), rapporte France Bleu Sud Lorraine samedi 26 décembre.

Les plaintes ont été déposées contre X, précise Me Frédéric Berna, l'avocat qui représente les plaignants, deux femmes et trois hommes, de tous les grades. Il indique par ailleurs que les preuves des comportements individuels des militaires accusés ont été fournies à la justice.

Des séances d'humiliation lors de bizutages

L'avocat pointe des actes de harcèlement moral, mais aussi de harcèlement sexuel et de violences volontaires. Les faits se sont produits au sein même de la base, parfois lors de bizutages. Ces "rites d'intégration" sont décrits par Me Berna comme "parfaitement dégradants, puisque des gens sont attachés, maltraités, obligés de se rouler par terre dans la fiente d'animaux, obligés d'avoir des comportements à caractère sexiste ou graveleux".

L'avocat dénonce également des comportements homophobes et misogynes : "Il a été demandé à des femmes, des officiers de haut-rang, d'aller montrer leurs seins en bout des pistes aux pilotes lors des atterrissages ou des décollages.

On impose aux femmes de faire des briefings stratégiques au milieu de posters de photos de femmes nues, on donne des surnoms dégradants et à connotation sexuelle aux jeunes femmes.

Frédéric Berna, avocat

à France Bleu Sud Lorraine

L'avocat des plaignants souhaite rencontrer Florence Parly, la ministre des Armées, afin d'obtenir une sanction administrative.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.