"Les violences ne prennent pas de vacances, les dispositifs non plus" : face aux féminicides, Marlène Schiappa mise sur son Grenelle des violences conjugales

Des collectifs ont dénombré 85 féminicides depuis le début de l'année 2019.

Marlène Schiappa, le 27 mars 2019 à l\'Assemblée nationale à Paris
Marlène Schiappa, le 27 mars 2019 à l'Assemblée nationale à Paris (MARTIN BUREAU / AFP)

Dans ce foyer parisien pour jeunes femmes victimes de violences, on distingue des caméras à l'accueil. "Pour s'assurer que les jeunes filles entrent en sécurité, qu'elles ne sont suivies par personne", explique la personne qui mène la visite, mardi 6 août, en présence de Marlène Schiappa. Alors que plusieurs collectifs ont dénombré 85 féminicides depuis le début de l’année 2019 en France, la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes veut montrer que les services de l'État restent mobilisés.

Des associations inquiètes

"Les violences ne prennent pas de vacances" : c'est le slogan des associations de défenses des femmes, qui alertent le gouvernement sur l’urgence d’agir. "Si les violences ne prennent pas de vacances, les dispositifs ne prennent pas de vacances non plus, répond Marlène Schiappa. Le 39 19 (numéro d'écoute destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage) continue de fonctionner, assure-t-elle. La plateforme de signalement des violences sexistes et sexuelles continue de fonctionner. Les deux unités de policiers et de gendarmes sont toujours mobilisées 24h/24 et 7j/7."

Lors de la visite de ce centre, qui accueille à Paris une soixantaine de femmes de 18 à 25 ans, la secrétaire d'État n'a pas fait d'annonces. Quand les associations réclament davantage de moyens, elle renvoie au Grenelle des violences conjugales qui se tiendra en septembre prochain. "Nous y mettrons toutes les propositions sur la table", explique Marlène Schiappa.

Lors de ce Grenelle, tout ce qui permet d'améliorer, de protéger, de sauver la vie de ces femmes victimes de violences conjugales, sera mis en œuvre.Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes

Le Grenelle des violences conjugales est attendu avec prudence par les associations, qui espèrent qu’il en sortira une véritable ambition politique.

Le reportage de Simon Le Baron
--'--
--'--