Info franceinfo Le président du Centre national du cinéma, Dominique Boutonnat, renvoyé devant le tribunal correctionnel pour "agressions sexuelles" sur son filleul

Le producteur avait été mis en examen en février 2021, avant d'être reconduit à la tête du Centre national du cinéma (CNC) en juillet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dominique Boutonnat lors d'un festival à La Rochelle le 16 septembre 2022.  (XAVIER LEOTY / AFP)

Le président du Centre national du cinéma (CNC), Dominique Boutonnat, est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour agressions sexuelles sur son filleul alors âgé de 21 ans, a appris franceinfo jeudi 29 septembre auprès du parquet de Nanterre, qui avait requis son renvoi.

Dominique Boutonnat, 52 ans, avait été mis en examen en février 2021, pour tentative de viol et agressions sexuelles sur le jeune homme. Son filleul avait porté plainte contre lui en octobre 2020, pour des faits datant du mois d'août de la même année, lors de vacances en Grèce. Dans cette plainte consultée par l'AFP, il accuse son parrain, avec qui il n'a pas de lien familial, d'avoir tenté de le "masturber" dans la nuit du 3 août 2020, après qu'il se soit baigné nu dans la piscine, et d'avoir essayé ensuite de lui imposer une fellation.

Pour le fait de tentative de viol, le parquet avait demandé une requalification en agression sexuelle. La juge d'instruction est allée dans le même sens, lui évitant ainsi un procès aux assises. Dominique Boutonnat, qui "conteste fermement l'ensemble des faits", comme l'avait déclaré son avocat Emmanuel Marsigny, a été reconduit à la tête du CNC en juillet, malgré cette mise en examen.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.