Etats-Unis : le PDG de la chaîne de télévision CBS évincé après de nouvelles accusations d'abus sexuels

La chaîne américaine CBS a annoncé dimanche soir le départ de Leslie Moonves, "avec effet immédiat", après de nouvelles accusations d'abus sexuels publiées dans le "New Yorker".

Le PDG de CBS, Leslie Moonves, ici lors d\'une conférence à Sun Valley (Idaho), le 5 juillet 2016, a été écarté après des accusations d\'abus sexuels.
Le PDG de CBS, Leslie Moonves, ici lors d'une conférence à Sun Valley (Idaho), le 5 juillet 2016, a été écarté après des accusations d'abus sexuels. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Une deuxième série d'accusations d'abus sexuels aura eu raison du PDG de CBS : la chaîne américaine a annoncé, dans la soirée du dimanche 9 septembre, le départ de Leslie Moonves. Un nouveau trophée pour le mouvement #MeToo, alors que six nouvelles femmes l'accusaient.

Dans un communiqué, la chaîne a annoncé le départ "avec effet immédiat", après quinze ans aux commandes, de Leslie Moonves, un ancien acteur de 68 ans, l'un des personnages les plus puissants de la télévision américaine. La chaîne a également annoncé qu'elle allait donner 20 millions de dollars (un peu plus de 17 millions d'euros) à une ou plusieurs associations soutenant le mouvement #MeToo et l'égalité au travail.

Leslie Moonves est remplacé à la tête du premier "network" américain par son adjoint, le directeur des opérations, Joseph Ianniello. CBS a également annoncé le remplacement de six membres de son conseil d'administration. Ce dirigeant était apprécié de Wall Street pour avoir fait de CBS le plus populaire des "networks", introduisant des séries à succès comme The Big Bang Theory. Mais sa position était devenue intenable, après plusieurs jours d'intenses spéculations sur son sort.

Dimanche après-midi, plusieurs médias américains avaient annoncé son départ comme imminent, après la publication dans la matinée par le New Yorker (en anglais) des accusations de six nouvelles femmes à son encontre. Ces nouvelles allégations sont plus graves que celles des six premières femmes qui l'avaient accusé en juillet, également dans le New Yorker, de les avoir touchées ou embrassées de force.

Des accusations '"épouvantables"

Les nouveaux témoignages incluent des allégations de fellations forcées, donc de viols, et de violences physiques. Certaines femmes ont aussi accusé Leslie Moonves d'avoir entravé leur carrière après qu'elles eurent repoussé ses avances.

L'une de ces femmes, Phyllis Golden-Gottlieb, a porté plainte l'an dernier auprès de la police de Los Angeles, qui a jugé ses accusations crédibles, mais a décidé de ne pas inculper Leslie Moonves car l'agression supposée était assez vieille pour tomber sous le coup de la prescription, selon Ronan Farrow, auteur de l'article du New Yorker et à la pointe des révélations du mouvement #MeToo. Leslie Moonves a démenti auprès du New Yorker ces accusations, les qualifiant d'"épouvantables".

Il a assuré avoir eu des relations consenties avec trois des femmes citées par le magazine, avant son arrivée chez CBS en 1995. Elles ont mené un "effort concerté" pour "détruire mon nom, ma réputation, ma carrière", s'est-il défendu.