Le député FN Bruno Bilde accusé de harcèlement sexuel par d'anciens assistants parlementaires

L'élu frontiste mis en cause a annoncé qu'il allait porter plainte pour diffamation.

Le député Front national du Nord-Pas-de-Calais, Bruno Bilde, le 3 octobre 2017, à l\'Assemblée nationale à Paris.
Le député Front national du Nord-Pas-de-Calais, Bruno Bilde, le 3 octobre 2017, à l'Assemblée nationale à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Buno Bilde dans la tourmente. Le député Front national du Pas-de-Calais est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs anciens assistants parlementaires, selon une enquête de Libération, parue dimanche 14 janvier. Face à ces accusations, l'intéressé a annoncé, lundi 15 janvier, à France 3 Hauts-de-France son intention de porter plainte pour diffamation. La présidente du FN, Marine Le Pen, a assuré à l'occasion de ses vœux à la presse que le quotidien serait "condamné en diffamation", selon une vidéo filmée par un journaliste de BuzzFeed.

Des "massages sous couvert de 'camaraderie'"

Dès novembre, dans la foulée des révélations suscitées par l'affaire Weinstein et le hashtag #Balancetonporc, Mickaël et Alexandre, deux anciens assistants parlementaires FN, avaient témoigné, dans l'émission "C Politique" sur France 5. Mais sans nommer Bruno Bilde. Deux mois après, ils confirment leurs accusations dans Libération.

Un troisième accusateur, l'ancien petit ami d'Alexandre, présenté comme Quentin par Libération, accuse lui Bruno Bilde de "gestes répétés", de "massages sous couvert de 'camaraderie'", de mains "passées sous la chemise, sur le ventre".

"Tu as un beau cul"

"La première chose qu’il m’a dite, c’est : 'Tu as un beau cul.' Pas 'bonjour', ni rien. Je ne l’avais jamais vu de ma vie, il ne savait même pas qui j’étais", témoigne, cité par Libération, Mickaël, qui a rencontré Bruno Bilde pour la première fois, en septembre 2011, aux Journées d'été des jeunes avec Marine.

Des remarques qui ont continué, affirme Mickaël. "A chaque fois que je croisais son chemin, il regardait mes fesses, avec beaucoup d’insistance, en disant : 'Ça te fait vraiment un beau cul ce jean. On aimerait bien le prendre en main. J’aimerais bien que tu viennes ce soir.' Il le faisait avec tous les jeunes hommes, c’était connu et personne ne disait rien."

Alexandre abonde, cité par Libération : "Il se permettait des commentaires les plus graveleux, et aussi des gestes. Les mains sur les épaules, les massages… Moi, personnellement, ça a été plusieurs fois des mains sur les fesses."

Bruno Bilde dénonce une attaque politique

Contacté par France 3 Hauts-de-France, Bruno Bilde a démenti ces accusations et dénoncé une manœuvre politique. "Trois proches de Sophie Montel et Florian Philippot m'accusent de faits pour lesquels je suis totalement étranger. (...) Ces personnes qui diffusent des tweets les plus violents (...) et les plus injurieux depuis qu'ils sont partis du FN sont notoirement connus pour leurs provocations, leurs mensonges, leurs excès et leurs déséquilibres."