Japon : les femmes à la merci des frotteurs dans le métro

Afin de lutter contre les nombreux cas de harcèlement dans le métro japonais, une nouvelle application a été mise en place. Elle permet d'alerter l'ensemble de la rame. 

FRANCE 2

Avec 31 millions d'habitants, Tokyo (Japon) est l'une des villes les plus peuplées au monde. Dans les rames du métro, les cas de harcèlement et d'agressions sexuelles se multiplient. "Je me fais souvent toucher les fesses", confie une utilisatrice. Des wagons exclusivement réservés aux femmes ont été mis en place aux heures de pointe. Dans les grandes villes de l'archipel, les pervers de fondent dans la foule et les amendes de 4 000 € ne sont pas forcément dissuasives.

Des agresseurs en col blanc

"Le profil des harceleurs est celui de tout le monde. Des hommes qui ont fait des études, qui sont mariés, 30-40 ans, des cols blancs", révèle le sociologue Akiyoshi Saito. La nouvelle arme anti-frotteurs est une application développée par la police. Grâce à une unique touche, les victimes peuvent alerter le reste de la rame si elles sont importunées. Selon les autorités, au moins deux tiers des femmes âgées de 20 à 40 ans ont été victimes de harcèlement dans les transports publics japonais.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans une station de métro de Tokyo, la capitale japonaise, le 12 juillet 2013.
Dans une station de métro de Tokyo, la capitale japonaise, le 12 juillet 2013. (TORU YAMANAKA / AFP)