Cet article date de plus de trois ans.

Christine Bravo raconte avoir "subi trois tentatives de viol, dont une à TF1"

L'animatrice de "Frou-frou" dans les années 90, revient sur sa carrière, mais aussi sur la place des femmes à la télévision, dans un entretien à "Télé Loisirs". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'animatrice Christine Bravo, lors de la conférence de rentrée du groupe NRJ, le 21 septembre 2017.  (EREZ LICHTFELD / SIPA)

Christine Bravo a été un visage incontournable de la télévision française des années 90 et 2000. L'animatrice, entre autres, de "Frou-Frou" et d'"Union Libre", revient sur sa carrière dans un entretien à Télé Loisirs, publié jeudi 1er février et réalisé à l'occasion de la diffusion prochaine d'un documentaire sur ses émissions, sur C8. Elle évoque notamment le sexisme du milieu de la télévision et les agressions sexuelles qu'elle a subis.

"J’ai subi trois tentatives de viol, dont une à TF1, il y a vingt-cinq ans. Un homme, dont je ne donnerai jamais le nom, m’a enfermée dans son bureau et arraché mon soutien-gorge", se souvient-elle. "J’ai hurlé, ça m’a sauvée. Mais les gens avaient la tête baissée quand j’ai pu sortir. Il n’y avait aucune solidarité envers les femmes à l’époque. Ce genre d’incident était monnaie courante", a déploré l'animatrice.

Les hommes peuvent vieillir à la télé, c’est plus dur pour les femmes

Christine Bravo encourage les victimes à parler "d'abord à la police plutôt que sur internet".  Avant de détailler la raison pour laquelle elle n'a jamais dénoncé les agressions sexuelles qu'elle a subies : "Si le harceleur est décédé, ses enfants n’ont pas à le savoir. S’il est toujours vivant, il y a prescription et, en plus, on risque de se faire attaquer en diffamation. Alors, j’estime que le coup de genou que je lui ai asséné ce jour-là dans les parties génitales m’a remboursée. Je n'ai pas été une vraie victime."

Selon elle, la télévision n'est pas un endroit facile pour les femmes, notamment quand les années passent, a ajouté l'animatrice de "Frou-Frou" entre 1992 et 1994, une émission dont toutes les chroniqueuses étaient des femmes : "Les hommes peuvent vieillir à la télé, c’est plus dur pour les femmes. Ceux qui ont commencé il y a trente ans, en même temps que moi, ils sont toujours là. Ils n’ont pas été remplacés par des femmes. Et moi, je n’y suis plus, a-t-elle ajouté. Il y a une défiance encore vis-à-vis des femmes, en tout cas quand elles ne sont pas journalistes. C’est loin d’être gagné."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.