Cet article date de plus de neuf ans.

François Hollande dévoile son plan d'urgence pour le logement

Ce plan pourrait comprendre une baisse de la TVA à 5% pour le logement social, et des incitations financières à la rénovation thermique. Il pourrait aussi simplifier les normes d'urbanisme et réduire les délais de procédure.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (skampixel Fotolia.com)

Pas moins de trois ministres seront du voyage jeudi matin... à Alfortville, dans le Val-de-Marne : Cécile Duflot au Logement, Delphine Batho à l'Ecologie et Sylvia Pinel à l'Artisanat et au Commerce. Elles seront donc là, autour du président de la République qui doit présenter son plan d'urgence pour le logement.

Pourquoi urgence ? Le temps presse, si le gouvernement veut atteindre son objectif de 500.000 logements neufs par an, pour répondre à la demande. En effet, 495.573 permis de construire ont effectivement été déposés, fin janvier, mais seuls 339.286 chantiers ont bien démarré, selon les données du ministère du Logement.

"On attend des mesures fortes" (Fédération française du bâtiment)

Que va annoncer le chef de l'Etat ? Si l'on en croit certaines "fuites" savamment orchestrées, il devrait annoncer une baisse de la TVA à 5% mais pour le logement social uniquement - il est de 7% aujourd'hui, et doit passer à 10% dans le secteur à la fin de l'année. Et un dispositif en faveur de la rénovation thermique.

Une simplification des normes ?

On parle aussi de faire sauter quelques verrous administratifs, en simplifiant les normes d'urbanisme et en réduisant les délais de procédure. " On attend des mesures fortes. Il y a grande urgence à ce qu'on prenne les bonnes décisions " , explique Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment. 

" Il y a beaucoup d'inertie dans nos métiers, donc une décision que vous prenez aujourd'hui sera en application et en efficacité de nombreux mois après. Dans nos métiers, c'est à peu près 17-18 mois. "  La FFB redoute la destruction de 40.000 postes cette année, après 14.500 déjà perdus en 2012.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.