Cet article date de plus de huit ans.

Filières djihadistes : cinq arrestations

Trois jours après l'arrestation du Français, soupçonné d'être le tueur du musée juif de Bruxelles, la justice annonce donc cinq arrestations, en lien avec les filières djihadistes, en région parisienne, dans le sud de la France et en Belgique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a annoncé quatre arrestations ce lundi matin © REUTERS/ Benoit Tessier)

"Il y a des gens qui recrutent des djihadistes. Il y a, à l'heure où je vous parle, des arrestations en Ile-de-France et dans le sud de la France. Je ne vous en dirai pas plus" . Invité d'Europe 1, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a préféré vanter les "résultats " d'une traque qu'il veut "totale ". "Il ne faut laisser aucune chance à ces terroristes."

De source policière, on explique que trois des cinq personnes interpellées, dont l'une en Belgique, sont des recruteurs présumés.

Trois jours, donc, après l'arrestation à Marseille de Mhdi Nemmouche, soupçonné d'être l'auteur de la fusillade du musée juif de Bruxelles, le débat est relancé sur l'efficacité des services de renseignement français - Nemmouche était parti en Syrie quelques semaines après sa sortie de prison, où il s'était radicalisé. 

"La prison n'est pas là pour former des djihadistes, mais il est vrai qu'en prison il y a la diffusion d'une pensée radicale" , a constaté le ministre. "Il faut agir par rapport à ça. D'abord, en faisant en sorte qu'il y ait des imams formés, qui savent ce qu'est l'islam, qui aillent explique cela dans les prisons" .

Et Bernard Cazeneuve de conclure : "c'est dans mon plan" attendu d'ici fin juin, pour compléter les mesures présentées en avril, pour lutter contre les filières djihadistes vers la Syrie.

 

 

 

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.