Suède : le gouvernement présente un plan contre les violences faites aux femmes, après une série de féminicides

Le plan prévoit notamment des peines plus sévères à l'encontre des auteurs de féminicides.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une rue à Stockholm (Suède), le 27 mars 2020. (HENRIK MONTGOMERY / TT NEWS AGENCY / AFP)

Le gouvernement suédois a présenté mercredi 16 juin un plan d'action pour lutter contre les violences faites aux femmes, après une série de féminicides ayant indigné le pays. Le plan, en 40 points, prévoit entre autres des programmes renforcés de prévention et des peines plus sévères à l'encontre des auteurs. L'annonce intervient après le meurtre au printemps de cinq femmes en trois semaines, toutes tuées par des hommes. La plupart d'entre eux étant d'anciens partenaires des victimes.

Pas de financement de prévu

Parmi les mesures proposées figurent des peines plus sévères pour les violations d'ordonnances de protection, les violences domestiques et les viols. En outre, selon le plan, les sanctions seront également plus sévères pour l'achat de faveurs sexuelles, la possibilité de n'être puni que d'une amende étant supprimée. Le gouvernement suédois veut également élargir les possibilités d'obtenir un logement protégé et des ordonnances restrictives pour les femmes victimes de violences.

"Du moment où une seule femme est assassinée ou battue (…), nous n'avons pas fini", a déclaré à la presse la ministre de l'Egalité des sexes, Marta Stenevi. Pour Olga Persson, présidente d'Unizon, une association qui compte plus d'une centaine de centres d'accueil pour femmes et jeunes en Suède, ce plan était attendu depuis des années. "C'est une chose pour laquelle nous nous sommes battus pendant longtemps", a-t-elle réagi auprès de l'AFP. Cependant, tempère-t-elle, l'annonce ne prévoit ni financements pour les mesures proposées, ni structures de suivi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Féminicides

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.