Affaire Vincent Lambert : les parents poursuivent le CHU de Reims et son médecin pour "non-assistance à personne en péril"

Cette assignation par voie de citation directe a été déposée au tribunal de Reims dès le 20 mai, premier jour d'arrêt des traitements de ce patient tétraplégique en état végétatif irréversible depuis dix ans. 

Pierre et Viviane Lambert, les parents de Vincent Lambert, le 19 mai 2019 à Reims (Marne).
Pierre et Viviane Lambert, les parents de Vincent Lambert, le 19 mai 2019 à Reims (Marne). (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Nouvel épisode judiciaire dans l'affaire Vincent Lambert. Ses parents, opposés depuis des années aux arrêts des soins de leur fils, ont poursuivi le CHU de Reims et le docteur Vincent Sanchez pour non-assistance à personne en péril, a indiqué à l'AFP l'un de leurs avocats, lundi 27 mai, confirmant une information du journal l'Union.

Cette assignation par voie de citation directe a été déposée au tribunal de Reims dès le 20 mai, premier jour d'arrêt des traitements de ce patient tétraplégique en état végétatif irréversible depuis dix ans. Ce même jour, la cour d'appel de Paris, saisie par les avocats des parents, avait demandé in extremis la reprise des traitements, stoppés le matin même par les médecins. 

"Une sonnette d'alarme"

Cette nouvelle procédure sera examinée une première fois par la justice le 4 juin. Au cours de cette audience seront fixés le montant de la somme à débourser pour poursuivre la procédure, le délai de versement de la consignation et la date de l'audience correctionnelle qui examinera le dossier sur le fond.

"C'est une sonnette d'alarme, a affirmé leur conseil, Me Jean Paillot. Il s'agit de faire valoir que le médecin et l'hôpital, en décidant d'arrêter d'hydrater et d'alimenter Vincent Lambert malgré les mesures provisoires formulées par le Comité international des droits des personnes handicapées de l'ONU, agissaient en dehors du droit."

Il s'agit aussi de mettre en lumière que Vincent Lambert n'a rien à faire dans une unité de soins palliatifs car il n'est pas en fin de vie. Nous demandons à ce qu'il puisse être transféré dans un établissement spécialisé où il pourra avoir droit aux soins les plus appropriés selon les termes de la loi.Me Jean Paillotà franceinfo

Depuis 2013, la famille de Vincent Lambert se déchire. Ses parents, des catholiques soutenus par la mouvance traditionaliste, se battent pour continuer les soins. De l'autre, son épouse et plusieurs de ses frères et et soeurs militent pour leur arrêt.