Obstruction parlementaire du texte sur l'euthanasie : un député dénonce une situation "ubuesque"

Une proposition de loi sur la fin de vie est l'objet d'une obstruction parlementaire, elle pourrait ne pas être examinée à l'Assemblée nationale. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Loïc Kervan, député du Cher (THOMAS PADILLA / MAXPPP)

Le député Loïc Kervran (Agir ensemble) dénonce auprès France Bleu Berry une situation "ubuesque", alors qu'une proposition de loi sur la fin de vie est l'objet d'une obstruction parlementaire. Le texte doit être examiné ce jeudi à l'Assemblée nationale, mais sa bonne tenue est menacée par le dépôt de 3 000 amendements, dont 2 158 déposés par seulement cinq députés hostiles à cette question. Loïc Kervran  signe dans le Journal du Dimanche une tribune avec 269 députés pour demander un vrai débat sur l'euthanasie. 

Une obstruction extrêmement regrettable

Le député ajoute : "Jeudi prochain, nous devons étudier une proposition de loi du groupe parlementaire 'Libertés et territoires' sur la fin de vie. Cette proposition vise notamment à autoriser l'assistance médicalisée et l'aide active à mourir. Il y a un consensus assez large chez les députés de tous les bords mais malheureusement de très nombreux amendements ont été déposés sur cette loi, ce qui pourrait empêcher son examen et son adoption jeudi."

Le député du Cher déplore cette situation : "Nous sommes face à une vraie obstruction. Il me semble extrêmement regrettable de détourner un droit fondamental qui est le droit d'amendement pour empêcher l'expression de la volonté de la représentation nationale."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.