Fin de vie : le militant Alain Cocq est mort en Suisse à l'âge de 58 ans par suicide assisté

Atteint d'une maladie orpheline et incurable, Alain Cocq avait demandé en 2020 à Emmanuel Macron une "assistance active" pour mourir. Il a bénéficié d'un suicide assisté, mardi, en Suisse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alain Cocq dans son lit médical, à Dijon, le 6 juin 2021. (JEFF PACHOUD / AFP)

Il ne demandait qu'à mourir. Alain Cocq s'était fait connaître pour le combat de sa vie, celui de pouvoir mourir dignement, sans douleur. L'homme de 58 ans, originaire de Dijon (Côte-d'Or), est mort mardi 15 juin en Suisse par suicide assisté, ont annoncé ses proches à l'AFP. Atteint d'une maladie orpheline incurable, il avait demandé aux autorités françaises en 2020 de lui offrir une "assistance active pour mourir" et ainsi mettre fin à ses souffrances.

"Alain Cocq est décédé ce matin à 11H20. A Berne (CH), selon son désir, dans la dignité. Repose enfin en paix Alain", a précisé sur Facebook une de ses proches, Sophie Medjeberg. Avant de mourir, il avait rédigé une lettre ouverte adressée au président de la République, au gouvernement et aux parlementaires, informant "par la présente, de [s]on décès dans la dignité, dans le cadre d'une procédure de suicide assisté en Suisse".

Il avait tenté de se laisser mourir

Diagnostiqué à 23 ans d'une maladie aussi incurable que douloureuse, Alain Cocq ne pouvait pour autant pas bénéficier de la loi en vigueur, dite Claeys-Leonetti, adoptée en 2016. Cette dernière, qui autorise "la sédation profonde et continue, pouvant aller jusqu'à la mort", s'applique uniquement pour des personnes dont le pronostic vital est engagé "à court terme", ce qui n'était pas son cas. L'infatigable militant avait appelé en 2020 le président Emmanuel Macron à autoriser le corps médical à lui prescrire du pentobarbital, un barbiturique puissant qui lui aurait permis de "partir en paix". Face à son refus, il avait tenté à deux reprises de mourir en cessant toute hydratation, alimentation et traitement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fin de vie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.