Fin de vie : le gouvernement lance une campagne d'information

Le gouvernement lance à partir de ce lundi 20 février une campagne d'information pour sensibiliser le grand public sur la fin de vie. Aujourd'hui encore, trop souvent, les patients ignorent qu'ils ont des droits. Un travail de tous les jours pour le personnel hospitalier.

France 3

C'est un moment intime et délicat ente les médecins et leurs patients. À Puteaux (Hauts-de-Seine), cette patiente atteinte d'une maladie incurable a pris sa décision. Le moment venu, elle souhaite partir sans qu'on la maintienne en vie artificiellement. Le corps ne répond plus alors une ardoise est désormais son seul moyen d'expression. "On essaye de faire au rythme de chaque patient et en fonction des besoins", explique Ségolène Perruchio, chef de service des sois palliatifs au Centre hospitalier de Rives de Seine.

Le sujet reste tabou

Difficile de parler de la fin de vie. Pour les patients de ce service de soins palliatifs, comme pour leurs familles, le sujet reste tabou. Pour Jacques Henceval et sa femme hospitalisée, la discussion s'est finalement imposée. "On y est arrivé, peut-être pas autant qu'on voudrait, mais on l'a fait quand même. Elle a fait preuve d'énormément de courage", confie-t-il au sujet de sa femme. Aujourd'hui, la loi permet aux patients en fin de vie de refuser l'acharnement thérapeutique. Il peut même opter pour une sédation.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une affiche utilisée pour la campagne nationale d’information sur les droits des Français relatifs à la fin de vie.
Une affiche utilisée pour la campagne nationale d’information sur les droits des Français relatifs à la fin de vie. (Ministère de la Santé)