Vidéo "En deux heures de temps, Quentin a vécu un enfer" : victime d'un chantage à la webcam, l'adolescent s'est suicidé

Publié Mis à jour
Complément d'enquête. "En deux heures de temps, Quentin a vécu un enfer" : victime d'un chantage à la webcam, l'adolescent s'est suicidé

A Castelsarrasin, dans le Tarn-et-Garonne, la vie d'une famille a été brisée en quelques heures. Au moment du repas du soir, Quentin est trouvé par ses parents dans une mare de sang, un couteau dans le thorax. Leur fils de 18 ans gît au sol, face à son ordinateur, où tout indique qu'il a été victime d'un chantage à la webcam. Que s'est-il passé ? Les journalistes de "Complément d'enquête" ont pu consulter la retranscription d'une conversation via l'application Skype, et reconstituer son dernier après-midi. 

Ce samedi-là, à 16h30, Quentin, décrit par sa famille comme un garçon comme joyeux et sportif, est seul dans sa chambre. Sur Skype, il pense discuter avec une fille. A la demande de la soi-disant jeune femme, l'adolescent accepte de se déshabiller face à sa webcam. Il ne se doute pas du piège qui lui est tendu, vraisemblablement par des "brouteurs", des cyber-escrocs basés en Côte d'Ivoire.

A peine a-t-il accepté que le piège se referme. S'ensuivent deux heures trente d'échanges effroyables. "Monsieur, n'essaie même pas de couper ta cam, sinon tu verras ce que je ferai de cette vidéo de toi", le menace aussitôt un premier message. Quentin supplie que sa vidéo soit supprimée ; une somme de 5 000 euros lui est alors demandée. "Pourquoi tu fais ça ?" tente de savoir le jeune homme. "J'ai ma sœur malade en Afrique de l'Ouest, elle a besoin d'argent pour se faire une greffe, dit la réponse. Alors si tu tiens à ta dignité et à celle de ta famille (...) dis combien tu peux lui verser pour que cette vidéo soit supprimée."

Toutes les 30 secondes, un message s'abat sur Quentin

Harcelé, l'adolescent accepte de donner tout ce qu'il a sur son compte, 50 euros. Il semble qu'il se soit même rendu à la poste pour envoyer un mandat international vers la Côte d'Ivoire, mais l'établissement est fermé. Quentin promet de payer le lendemain. "Si tu le fais pas, je pourris ta vie, OK ?", menace le maître-chanteur. "Si je le fais pas, je me suicide", répond Quentin.

Malgré cette phrase, le chantage ne s'arrête pas là. Un deuxième maître-chanteur au pseudo féminin prend aussitôt le relais et menace de "balancer la vidéo à tous les sites de chat et à toute la ville". Quentin doit désormais payer en ligne immédiatement. L'adolescent fait ce qu'il peut, mais la transaction électronique ne fonctionne pas. "Ça marche pas", explique-t-il, désolé.

Il est 19h08, Quentin vient de se poignarder

Dans la retranscription de la conversation, on trouve, horodaté de 19h08, ce message : "Sache que malgré que tu t'es piqué le ventre, moi, je ne te laisse pas". Quentin vient de se poignarder. Probablement en direct, face à son bourreau.

"Dans ces deux heures de temps, entre le moment où ils lui ont dit qu'ils avaient capté son image, qu'ils lui demandaient de l'argent, et... ce qu'il s'est passé à la fin, je pense que Quentin a vécu un enfer"

Le père de Quentin

à "Complément d'enquête"

Dans la pièce à côté, ses parents ne soupçonnaient rien. Ils savent aujourd'hui, comme l'a découvert l'enquête préliminaire, que les comptes des deux prétendues jeunes femmes renvoyaient vers des adresses IP en Côte d'Ivoire. Peu après, l'affaire a été classée sans suite par le parquet de Montauban. Depuis, les parents de Quentin ont décidé de porter plainte contre X, relançant l'enquête. Et la France a fait une demande de coopération internationale auprès des autorités ivoiriennes...

Extrait de "Sexe, arnaques et vidéos : les nouveaux maîtres-chanteurs", un document à voir dans "Complément d'enquête" le 14 octobre 2021.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.