Cet article date de plus de cinq ans.

Un possible recours syndical après l'après l'élection d'un prêtre à la tête de l'université de Strasbourg

Le SNESUP-FSU, principal syndicat des enseignants-chercheurs, voit d'un mauvais œil l'élection, mardi d'un prêtre à la présidence de l'université de Strasbourg. Il envisage un recours en justice.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Michel Deneken, nouveau président de l'université de Strasbourg (Radio France - Olivier Vogel)

Le SNESUP-FSU, premier syndicat des enseignants-chercheurs, "étudie la possibilité de déposer un recours" contre l'élection d'un prêtre à la tête de l'université de Strasbourg, selon Pascal Maillard, représentant du syndicat à Strasbourg.

Mardi 13 décembre, le prêtre catholique Michel Deneken, le vice-président de l'université de Strasbourg, a été élu pour quatre ans à la présidence de l'université avec une large majorité de 26 voix sur 36. Le SNESUP-FSU y voit une "une entorse au principe de laïcité" explique Pascal Maillard. 

"Il y a un article très important du Code de l'éducation, l'article 141.6, qui dispose que le service public de l'enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise religieuse" poursuit-il. Michel Deneken, favori depuis le début, a été beaucoup attaqué sur ses fonctions ecclésiastiques. "Ça peut finir par agacer" souffle-t-il.

"Je pense que l'université sort grandie" (Michel Deneken, président de l'université de Strasbourg)
écouter

Le syndicat pourrait déposer un recours "soit en référé-suspension, soit au fond". "On estime que l'article du Code de l'éducation constitue un moyen juridique intéressant pour interroger les juges", a détaillé Pascal Maillard. Le maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, a tenu à féliciter le nouveau président de l'université.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.