Réforme des retraites : les enseignants redoutent une augmentation de leur temps de travail

Avec la réforme des retraites, les enseignants redoutent de travailler plus après l'annonce de la revalorisation de leurs salaires. Alors, ils multiplient les actions dans toute la France.

France 3

Des enseignants ont occupé brièvement les locaux de l'inspection académique de Tours (Indre-et-Loire). Lundi 13 janvier, ils ont exprimé leur opposition à la réforme des retraites. La profession craint que l'augmentation des salaires promise par l'exécutif ne soit soumise à des contreparties. "On ne sait toujours pas si les revalorisations éventuelles sont liées dans l'esprit du gouvernement à d'éventuelles contreparties, c'est-à-dire à une augmentation de la charge de travail des enseignants", indique Benoît Teste, secrétaire général FSU.

Raboter les vacances ?

Cette piste avait été initiée par le président de la République lors de son premier grand débat sur la réforme des retraites. Raboter les vacances, changer le temps de travail... Ces pistes de réflexion hérissent la profession. En France, les enseignants du 1er degré travaillent 900 heures par an, contre 794 en moyenne dans l'OCDE. Pour le secondaire : 648 heures par an, contre 662 dans l'OCDE.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enseignants défilent contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019 à Paris.
Des enseignants défilent contre la réforme des retraites, le 5 décembre 2019 à Paris. (LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)