Éducation nationale : quelles réformes ?

En plateau, Christelle Méral revient sur les réformes voulues par le ministre de l'Éducation nationale ce samedi 30 mars.

FRANCE 2

Ce samedi 30 mars, professeurs et parents d'élèves étaient dans la rue, tous mobilisés contre la réforme du ministre de l'Éducation nationale. Comme le rappelle Laurent Delahousse, Jean-Michel Blanquer a très vite souhaité lancer plusieurs chantiers. "Bientôt l'école obligatoire à 3 ans, et déjà l'évaluation des élèves et la mesure phare : le dédoublement de classes de CP et CE1 dans les zones d'éducation prioritaires. Les classes passent de 25 enfants à 12", explique en plateau Christelle Méral.

Première zone de tensions

"190 000 élèves sont concernés, avec certains résultats : une baisse des élèves en difficulté de 8% en français et 12% en mathématiques", poursuit la journaliste qui note toutefois un bémol, en Seine-Saint-Denis notamment, où, faute de locaux et d'enseignants, "la finalisation de la réforme est reportée en 2020". La première zone de tensions est donc la réforme des lycées. "Elle doit entrer en vigueur en septembre prochain pour les élèves de première. L'objectif ? Supprimer les séries littéraire, scientifique, économique et sociale. À la place ? Un lycée à la carte, avec un tronc commun et trois spécialités au choix."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le 24 novembre 2017, à Toulouse (Haute-Garonne).
Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le 24 novembre 2017, à Toulouse (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)