Punitions des élèves : jusqu'où peuvent aller les écoles ?

Un établissement privé de l'Essonne fait polémique avec sa punition de confinement dans une petite pièce pendant huit heures en cas de tricherie. Que préconise l'Éducation nationale pour sanctionner les élèves ?

FRANCE 2

Les punitions possibles des établissements scolaires sont encadrées par le code de l'éducation. "C'est en quelque sorte le guide des sanctions disciplinaires applicables aux élèves", précise sur le plateau du 13 Heures le journaliste Julien Duponchel. L'avertissement, le blâme, l'exclusion temporaire de la classe, voire l'exclusion définitive de l'établissement sont possibles. D'autres punitions sont formellement interdites : un 0 sur une copie pour sanctionner un bavardage, copier des lignes une centaine de fois, priver un enfant de la totalité de sa récréation.

Des condamnations très rares

"La loi, elle, est beaucoup plus floue. Il n'y a que deux règles en fait : l'intérêt supérieur de l’enfant doit être pris en compte et le respect de sa dignité doit être assuré. Il y a des condamnations parfois, mais elles sont très rares. En 2013, par exemple, dans la Manche, un instituteur a été condamné à un mois de prison avec sursis pour avoir coller une étiquette sur le front d'une élève de 10 ans qu'il trouvait dissipée", détaille le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enfants écoutent leur enseignante dans une école de Marseille, le jour de la rentrée scolaire, le 2 septembre 2019.
Des enfants écoutent leur enseignante dans une école de Marseille, le jour de la rentrée scolaire, le 2 septembre 2019. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)