Le gouvernement annonce la création de 30 000 places à l'université

Dans un entretien accordé au "Figaro", la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, assure que "les établissements sont prêts à recevoir les étudiants" en cette rentrée universitaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, à la sortie du palais de l'Elysée, le 7 juillet 2020, à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Frédérique Vidal se dit favorable au présentiel pour les cours à l'université. Dans un entretien accordé au Figaro, jeudi 3 septembre, la ministre de  l'Enseignement supérieur assure d'ailleurs que "les établissements sont prêts à recevoir les étudiants" alors que certains établissements ont effectué cette semaine leur rentrée universitaire dans le contexte de l'épidémie de coronavirus.

L'année dernière a été très difficile pour les étudiants, qui n'ont eu qu'un semestre de cours en présentiel. Je souhaite donc que l'on reprenne au maximum le présentiel pour tous.

Frédérique Vidal

dans "Le Figaro"

La ministre annonce par ailleurs la création de 30 000 places à l'université, essentiellement dans les secteurs de la santé, du numérique et du développement durable, "des filières en tension". "Nous avons d'un côté des métiers qui souffrent énormément de la crise, voire qui sont voués à disparaître, et de l'autre, de très forts besoins non couverts par les formations existantes", constate Frédérique Vidal.

Une rallonge de 5,7 milliards dans le plan de relance

Pour cela, sur les 100 milliards d'euros du plan de relance présenté jeudi par le gouvernement, 5,7 milliards seront ainsi consacrés à l'Enseignement supérieur. "Cet été, nous avons déjà débloqué 22 millions d'euros pour financer des projets de développement numérique déposés par les universités", rappelle la ministre dans Le Figaro.

Avec le confinement, tout le monde s'est mis au numérique. Des professeurs réticents ont découvert qu'il y avait un intérêt pédagogique à donner des cours en ligne, pour interagir avec leurs étudiants.

Frédérique Vidal

dans "Le Figaro"

Concernant Parcoursup, la ministre assure que "l'immense majorité des bacheliers a une place" : "A ce jour, quelques milliers de candidats continuent d'être accompagnés. Le principe de Parcoursup est, je crois, suffisamment rodé. Les chiffres des affectations sont meilleurs que l'an dernier, alors même que le nombre de bacheliers est plus important cette année."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.