Les universités se lèvent contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers

La hausse des frais d'inscription pour les étudiants étrangers ne passe pas. 17 universités refusent d'appliquer les futurs tarifs.

La fronde prend de l'ampleur. Plusieurs universités refusent l'augmentation des frais d'inscription pour les étudiants étrangers non-européens. "Les étudiants aisés n'auront pas de problème pour venir en France, mais pour un étudiant par exemple maghrébin, le montant des frais qui sont demandés, c'est le salaire moyen annuel dans ce pays", rapporte Hervé Christofol, enseignant chercheur.

Des tarifs 16 fois plus élevés

Jusqu'ici, un étudiant étranger payait 170 € pour s'inscrire à l'université en licence. À la rentrée prochaine, ce sera 16 fois plus, soit 2 770 €. 17 universités en France ont choisi de ne pas appliquer ces nouveaux tarifs. Jim Walker, vice-président chargé des relations internationales à l'Université Lyon II (Rhône), dénonce une sélection par l'argent. Les étudiants étrangers estiment que la mesure est un obstacle. De son côté, le gouvernement fait valoir que ces tarifs restent beaucoup moins élevés que dans d'autres pays européens. Depuis que la réforme a été annoncée, les inscriptions ont baissé de 5%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Manifestation contre la politique d\'Emmanuel Macron à l\'université de Tolbiac, à Paris, le 5 décembre 2018. 
Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à l'université de Tolbiac, à Paris, le 5 décembre 2018.  (MUSTAFA YALCIIN / ANADOLU AGENCY / AFP)