Cet article date de plus de trois ans.

Les facultés de Nancy et Metz évacuées par la police, une interpellation

Une cinquantaine d'agents ont été mobilisés mercredi matin, rapporte France Bleu Sud Lorraine.

Article rédigé par
avec France Bleu Sud Lorraine - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La faculté de Lettres de Nancy (Meurthe-et-Moselle) est bloquée, le 4 avril 2018. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

La faculté de lettres de Nancy (Meurthe-et-Moselle), bloquée depuis un mois, a été évacuée mercredi 25 avril au petit matin par une cinquantaine de policiers, rapporte France Bleu Sud Lorraine. Au moment de l'arrivée des forces de l'ordre, une vingtaine d'étudiants étaient présents.

À Nancy, où les cours n'avaient plus lieu depuis le 22 mars et le début de la mobilisation contre la réforme de l'accès à l'université, une vingtaine d'étudiants bloqueurs ont été évacués ce matin. L'un d'eux a été interpellé pour "rébellion". Le campus du Saulcy à Metz (Moselle) a également fait l'objet d'une intervention de la police.

"Une demande" du président de l'université

La préfecture de Meurthe-et-Moselle a publié un communiqué pour expliquer cette évacuation. "L'université de Lorraine étant entrée dans la période des congés de printemps, le président de l'université a formulé une demande de concours de la force publique auprès du préfet, afin que les examens qui démarrent début mai puissent se tenir aux dates prévues". 

La préfecture précise qu'une société de gardiennage a été missionnée pour assurer la surveillance des locaux et "empêcher toute intrusion illicite jusqu'à la tenue des examens". La section locale de l'Unef a estimé sur Twitter que le président de l'université a "répondu par la répression aux occupations pacifistes à Metz et Nancy".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Réforme de l'université

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.