DIRECT. Les étudiants manifestent à nouveau pour protester contre la réforme de l'accès à l'université

Depuis plusieurs semaines, les blocages d'universités se propagent dans toute la France pour protester contre la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE).

Des étudiants protestent contre la réforme de l\'accès à l\'universié à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 4 avril 2018.
Des étudiants protestent contre la réforme de l'accès à l'universié à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 4 avril 2018. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les étudiants se mobilisent à nouveau. Des manifestations sont prévues à Paris et dans d'autres villes, mardi 10 avril à la mi-journée, pour protester contre la réforme de l'accès à l'universitéLa coordination nationale étudiante (CNE) a en outre appelé à continuer les rassemblements dans les facs. Suivez la mobilisation en direct sur notre site.

 Quatre universités étaient toujours totalement bloquées, mardi matin : l'université Paul-Valéry à Montpellier (Hérault), Jean-Jaurès à Toulouse (Haute-Garonne), ainsi que les facultés parisiennes de Tolbiac et Paris 8. Retrouvez les informations dans notre carte.

Plus de 400 professeurs dénoncent la "sélection absurde" mise en place avec la réforme de l'accès à l'université, dans une tribune à franceinfo. Ils affirment leur volonté d'"élever le niveau de ceux qui ne l'ont pas".*

 Les CRS sont intervenus à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine), lundi soir, pour déloger les étudiants qui occupaient le bâtiment. "Il était nécessaire de pouvoir permettre aux étudiants que les cours se fassent", a justifié le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux mardi.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UNIVERSITE

19h39 : Une intervention musclée qui a "choqué" les étudiants. Hier, des CRS ont délogé des jeunes qui occupaient l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de la contestation contre la réforme de l'université. Sept personnes ont été interpellées. Notre journaliste Camille Adaoust a interrogé deux témoins.


17h39 : "En ce moment, nous assistons à un retour d'une certaine extrême gauche et d'une certaine extrême droite, qui cherchent à en découdre."


Devant les députés, la ministre de l'Enseignement supérieur a commenté les "échauffourées" survenues, vendredi, à la faculté parisienne de Tolbiac. "Il n'est pas acceptable que nos universités soient ainsi instrumentalisées pour en faire le théâtre d'affrontements entre extrêmes", a-t-elle insisté.




(BERTRAND GUAY / AFP)

16h52 : Pendant ce temps, à Nanterre (Hauts-de-Seine), la mobilisation se poursuit. Après avoir protesté contre la garde à vue de six "camarades" devant le commissariat de la ville, des étudiants sont de retour à l'université et réclament le départ du président de l'institution.

16h46 : Selon la police, la manifestation organisée à Paris entre la Sorbonne et Jussieu a rassemblé environ 1 200 personnes. A Montpellier, un autre rassemblement a réuni environ 200 manifestants, selon une journaliste de l'AFP.

13h20 : @Parigot : Bonjour. Une manifestation est en cours devant l'université de la Sorbonne, à Paris. Sachez également que des étudiants de Nanterre se dirigent vers le commissariat de la ville.

13h17 : Bonjour, sait-on où se tiennent les cortèges étudiants, en particulier dans Paris ? Merci et bonne journée à l'équipe !

13h14 : Vous ne savez pas quoi lire pendant votre pause déjeuner ? Voici certains de nos meilleurs contenus des dernières 24 heures :

• Notre article pour tout comprendre aux blocages dans les universités.



• Notre portrait de Mohammed Ben Salmane, le prince héritier saoudien, "réformateur" au plan sociétal mais "décrié" pour son caractère belliqueux.



• Notre portrait de Mathias Vicherat, le patron de la communication de la SNCF, qui a également rédigé un ouvrage consacré au rap français.

11h23 : Six des sept personnes interpellées hier à l'université de Nanterre (Hauts-de-Seine) sont toujours en garde à vue ce matin, a appris franceinfo de source judiciaire. La septième personne, entendue en audition libre, a été relâchée hier soir.

10h47 : Vous tombez bien, @anonyme. On vient de mettre à jour notre carte des universités bloquées.



(ALPHACIT NEWIM / CROWDSPARK)

10h45 : on connait la liste des facs bloquées ?

10h24 : "La dictature d'un petit nombre qui prétend libérer les gens qui sont ignorants."


Sur franceinfo ce matin, le président de l'université de Strasbourg a dénoncé le blocages des facs. Il affirme que "la plupart des étudiants sont victimes du blocage et ne l'approuvent pas". Son entretien est à retrouver ici.




(MAXPPP)

10h25 : Ils sont en colère et en grève. Depuis plusieurs semaines, les étudiants manifestent contre les nouvelles modalités d'accès à l'université. Mais que dit la nouvelle loi ? Jusqu'à quand ces blocages vont-ils durer ? Franceinfo répond aux principales questions que vous vous posez sur le sujet.

(MAXPPP)

06h39 : "Le service public de l'enseignement supérieur se dégrade autant, sinon plus, que celui du transport ferroviaire ou des hôpitaux."

Selon les signataires, "toute la politique du gouvernement est fondée sur la volonté de ne pas donner davantage de moyens à l'Enseignement supérieur, malgré les difficultés auxquelles il est confronté depuis des années."



06h36 : Sélection qui ne dit pas son nom, manque de places dans les facs... Dans une tribune à franceinfo, 425 enseignants dénoncent une "réforme absurde". Dans ce texte (que vous pouvez lire ici), ils expliquent pourquoi ils soutiennent les étudiants contestataires.



(JEROME CHOBEAUX / CROWDSPARK)