Cet article date de plus d'un an.

Manque de professeurs : "On est quasiment dans un état d'urgence", alerte le principal syndicat du secondaire

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU et professeure de sciences économiques et sociales, a alerté vendredi sur France Inter sur la "situation dramatique" que représente la pénurie de professeurs.

Article rédigé par franceinfo - avec France Inter
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU et professeure de sciences économiques et sociales, était l'invitée de France Inter vendredi 3 juin 2022. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"On est quasiment dans un état d'urgence dans l'Éducation nationale", a prévenu sur France Inter vendredi 3 juin Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU, le principal syndicat des enseignants du second degré, alors que l'année scolaire se termine pour les élèves des lycées et que l'Éducation nationale craint un manque de professeurs à la rentrée prochaine. En effet, il y a eu cette année un faible nombre de candidats au Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (Capes).

"On est vraiment dans une situation dramatique", a alerté celle qui est également professeure de sciences économiques et sociales. Elle affirme qu'à la rentrée prochaine, "il n'y aura pas, contrairement au mantra ministériel, un professeur devant chaque classe". Selon elle, ce phénomène est "essentiellement lié à la question des salaires"

"Quand un enseignant commence, il gagne 1,14 fois le Smic. Dans les années 80, il gagnait 2,2 fois le Smic."

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du Snes-FSU

sur France Inter

Ces jeunes enseignants sont, selon Sophie Vénétitay, "éligibles à la prime d'activité, qui est un dispositif de lutte contre la pauvreté". "Quand vous avez un bac+5 en mathématiques, que vous regardez ce qui se passe dans l'Éducation nationale et les autres opportunités, le choix est assez vite fait."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.