La carte scolaire, une épine pour certains parents

L'affectation d'un élève dans un collège ou un lycée dépend de la carte scolaire. Certaines familles semblent prêtes à tout pour la contourner.

FRANCE 2

Anne-Marie Pereira a déménagé à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) il y a dix ans avec un objectif : inscrire son enfant dans un collège de la commune car les établissements y sont réputés de bon niveau. Avec la réforme de la carte scolaire, sa fille est affectée dans un établissement de moins bon niveau et dans une commune voisine.

Inacceptable pour cette mère qui, comme d'autres parents, refusent de se plier à la nouvelle carte scolaire. Élaborée par le conseil général, la carte scolaire prend en compte toute une série de données : les prévisions de croissance pour chaque établissement, le niveau social des familles et l'analyse des revenus fiscaux quartier par quartier et même rue par rue. L'objectif de ces données est de favoriser la mixité sociale.

Les établissements privés font le plein

Anne-Marie Peireira a fait le tour des solutions: "J'ai même envisagé de louer un logement en centre-ville, mais les prix, 700 euros pour un studio, m'en ont dissuadée", explique la mère de famille. Prête à tout pour contourner la carte scolaire, elle a décidé d'inscrire sa fille dans un établissement privé. En Seine-Saint-Denis, ils sont 20% à avoir fait comme elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une mère de famille a été condamnée pour les absences scolaires répétées de son fils, début 2015.
Une mère de famille a été condamnée pour les absences scolaires répétées de son fils, début 2015. ( MAXPPP)