L'Éducation nationale communique "plus sur les poux" que sur le harcèlement, regrette une mère d'enfant victime

Diffuser la vidéo de Quaden, un jeune Australien qui veut mettre fin à ses jours après avoir été victime de harcèlement, permet de "libérer la parole", selon Lucie Cayer, auteure d'un livre jeunesse sur le sujet et mère d'un enfant victime.

Lucie Cayer vient de publier un livre jeunesse contre le harcèlement scolaire, \"Vic et Lou - Ça suffit maintenant !\" (éditions Grrr… Art).
Lucie Cayer vient de publier un livre jeunesse contre le harcèlement scolaire, "Vic et Lou - Ça suffit maintenant !" (éditions Grrr… Art). (éditions Grrr… Art)

"Une vidéo insoutenable". Invitée de franceinfo vendredi 21 février, Lucie Cayer, habitante de l’Eure-et-Loir, dont le fils a été harcelé très jeune à l’école, a réagi à la vidéo poignante dans laquelle un jeune garçon australien, Quaden, en larmes, confie vouloir mettre fin à ses jours en raison des moqueries liées à son handicap. Depuis la publication de la vidéo par la mère de Quaden, de nombreuses personnalités, mais aussi des anonymes, ont envoyé de multiples messages de soutien à ce jeune garçon.

Lucie Cayer vient de publier un livre jeunesse contre le harcèlement scolaire, "Vic et Lou - Ça suffit maintenant !" (éditions Grrr… Art). Selon elle, le fait de diffuser la vidéo permet de "libérer la parole en montrant les images de son fils et moi j'ai voulu aussi libérer la parole des enfants à travers mon livre".

"La différence est notre force"

"C'est une question d'éducation", des autres enfants explique-t-elle également. "Comment traiter la différence ? On essaye peut être de nous mettre un peu tous dans des moules et en fait, on est tous différents et la différence est notre force."

Lucie Cayer regrette également que l'école ne joue pas encore assez son rôle de sensibilisation et que l'Éducation nationale communique "plus sur les poux" que sur le harcèlement scolaire. En revanche "aujourd'hui, il y a des choses intéressantes qui se font autour du handicap. Par exemple, en garderie, les enfants ont eu une sensibilisation au handicap avec un discours positif, avec du sport à travers des activités pour se mettre à la place de l'autre par exemple", tempère Lucie Cayer.