Des académies lancent des badges pour reconnaître les compétences des professeurs et s'attirent leurs critiques

Certains professeurs ont comparé cette initiative à la réactivation des médailles de l'engagement pour les soignants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des badges de l'académie de Montpellier. (FRANCEINFO)

Des bons points pour les élèves... et des badges pour les professeurs ? Fin juin, plusieurs académies ont dévoilé leurs premiers "Open badges" afin de valoriser les compétences des enseignants, notamment celles acquises pendant le confinement, comme "animer une classe virtuelle". Une initiative qui a aussitôt déclenché les critiques de certains professeurs, ces derniers plaidant pour une revalorisation salariale plutôt qu'un badge... 

"Notre souhait est de pouvoir reconnaître ces compétences que vous avez acquises pendant la période d'enseignement à distance", explique la rectrice de l'académie de Poitiers, Bénédicte Robert, dans une vidéo diffusée vendredi 25 juin. "Pour cela, nous déployons aujourd'hui le dispositif d'Open badges. Un badge, c'est un objet qui permet de reconnaître, de rendre visible, un engagement professionnel particulier, un savoir-faire, une compétence."

"On n'est pas des gosses"

Ce système de badges, lancé aussi dans l'académie de Nice et de Montpellier, a rapidement attisé le mécontentement des professeurs sur les réseaux sociaux. "Dans quel monde avez-vous basculé pour nous confondre avec des produits marketing ?" s'interroge une professeure sur Twitter. "Vous n'avez rien d'autre à faire ? Franchement ? On n'est pas des gosses", ajoute une autre.

De nombreux internautes font aussi le parallèle entre ces badges numériques et les médailles de l'engagement pour les soignants. Celles-ci ont été réactivées par le gouvernement, mi-juin, pour récompenser "tous ceux qui ont contribué à l'effort dans la lutte contre le coronavirus", selon la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Mais cette médaille symbolique a vite été raillée par les principaux concernés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.