CRS et lacrymogènes pour calmer un chahut dans un lycée privé de Boulogne

Le "chahut" lancé une fois par an par les élèves du très chic lycée Notre-Dame de Boulogne (Hauts-de-Seine) est une tradition. Mais cette année, le rituel a dégénéré. Et le directeur a dû appeler les CRS en renfort. Il justifie cette intervention par l'existence d'un risque pour les élèves.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Chaque année, les élèves du lycée
catholique Notre-Dame
de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) s'aspergent de
farine, d'œufs, de ketchup et de mayonnaise. Tous les élèves sont censés
participer à ce joyeux chahut, apprend-on de bonne source.

Mais cette année, la tradition bon'
enfant a dégénéré. Des pétards ont également été jetés. Une élève allergique à
la farine a fait un début de malaise.

"Nous luttons depuis des années contre ce sinistre rituel" (le directeur du lycée)

Visiblement débordé, le directeur de l'établissement a dû faire appel aux CRS
pour ramener ces enfants de bonnes familles au calme. Acculés contre les
grilles du lycée après leur entrée dans la cour de récréation, les CRS, qui
faisaient face à 200 ou 300 élèves, ont alors fait usage de gaz lacrymogène.

Bilan : sept élèves légèrement incommodés.

Une intervention policière
qualifiée de "violente" par certains élèves. "C'est inadmissible
de se faire gazer",
dénonce un autre lycéen, tandis qu'un troisième se
plaint d'avoir reçu "deux coups de matraque dans les jambes."
Selon Luc Migny, le directeur de l'établissement, la riposte des CRS était justifiée car "il y avait une accumulation de personnes sur les grilles" .

Le lycée Notre-Dame de Boulogne,
établissement catholique sous contrat avec l'Etat, présente l'un des meilleurs
taux de réussite au bac de la région. Au plan national, il est classé 68e
sur près de 2.000 établissement, selon le classement 2013 du magazine L'Express.