Covid-19 : organisation, équipement, formation... Les cours à distance ont-ils été mieux anticipés cette année ?

Avant le début des vacances vendredi, tous les élèves vont suivre quatre jours d'école à la maison. Les enseignants sont mieux préparés que lors du premier confinement mais des inégalités entre établissements et entre familles demeurent.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Illustration d'un enfant faisant son travail scolaire à la maison durant le premier confinement, en mai 2020. (VERONIQUE POPINET / HANS LUCAS)

Écoles, collèges, lycées... Tous les élèves de France métropolitaine vont renouer avec l'école à la maison mardi 6 avril. Quatre jours de cours à distance (centrés sur les révisions) avant le début des vacances de printemps. Et même neuf au total pour les collégiens et lycéens qui ne retourneront en classe que le 3 mai. Un nouveau calendrier lié à l'épidemie de Covid-19 qui constitue une "solution d'équilibre", selon Jean-Michel Blanquer. À quoi va ressembler cette saison 2 des cours à distance ? Les leçons du premier confinement ont-elles été tirées ? 

"Cette fois-ci, on a pu s'y préparer"

Des habitudes ont en tous cas été prises. L'année écoulée a accéléré l'usage du numérique. En un an, il y a eu deux fois plus de visites sur les ENT, les espaces numériques de travail des collèges et lycées. Ces plateformes utilisées surtout dans le second degré ont aussi colonisé l'école primaire. À Paris par exemple, plus de la moitié des écoles sont désormais équipées. Et globalement, beaucoup d'établissements ont anticipé.

Marion, professeure de français dans un collège de Seine-Saint-Denis, est plutôt sereine : "Il y a des habitudes qui sont déjà en place. On va s'adapter beaucoup plus vite à la prise en main d'un espace numérique de travail. Cette fois-ci on a pu s'y préparer depuis le début de l'année, ce n'était pas une surprise. On a pu vérifier toutes les coordonnées de toutes les familles. J'ai tout de suite créé mes groupes de classe sur le réseau social. Ça nous a paru très évident." Et puis rappelons que sept lycées publics sur dix fonctionnent déjà depuis novembre en mode hybride, avec une part de cours à distance.

La fracture numérique ne s'est pas résorbée

Mais il y a aussi des choses qui n'ont pas beaucoup progressé en un an. Les syndicats pointent l'absence d'une formation massive des enseignants aux enjeux de l'école à distance, de la pédagogie en ligne. Le ministère estime lui, qu'au moins 125 000 enseignants ont été formés cette année. Sophie n'en a pas vu la couleur. Elle est directrice d'une école primaire en région Centre-Val de Loire : "En termes de formation ou d'outils, on n'a pas bougé d'un pouce. L'institution ne m'a pas proposé de formation sur des choses dont j'aurais eu besoin."

"On voit de nouveaux outils qui fleurissent mais ce sont des initiatives privées et on n'a toujours pas un message unique de la part du ministère sur les outils qui sont autorisés et ceux qui ne le sont pas."

Sophie, directrice d'une école primaire

à franceinfo

L'autre point noir, c'est l'équipement. Les enseignants ont reçu en février une prime d'équipement informatique de 150 euros mais ils doivent toujours composer avec leur matériel personnel. Côté élèves, les collectivités ont prêté ordinateurs et tablettes. Les inégalités restent cependant toujours criantes, pointe Marion, notre professeure de Seine-Saint-Denis : "Je n'ai pas l'impression qu'il y ait eu de grande révolution depuis l'an dernier. Il y a une vraie fracture du numérique encore et toujours."

"Il y a des familles qui se sont équipées et d'autres qui n'ont pas pu se le permettre et qui se trouvent dans une certaine angoisse parce qu'elles vont travailler de leur smartphone. Certains élèves travaillent même sur des réseaux wifi qu'ils captent un peu à la volée."

Marion, enseignante en Seine-Saint-Denis

à franceinfo

Marion a prévu une version papier de tous ses cours et elle a retenu une leçon du printemps 2020 : ne pas essayer de reproduire, tel quel, à distance, ce qui était prévu normalement en classe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.