"Bienvenue en France" : Édouard Philippe veut accueillir plus d'étudiants étrangers en France d'ici 2027

Le Premier ministre veut accueillir en France 500 000 étudiants étrangers par an d'ici 2027, contre un peu plus de 320 000 aujourd'hui.

Édouard Philippe lance la stratégie \"Bienvenue en France\", pour attirer plus d\'étudiants étrangers en France d\'ici 2027.
Édouard Philippe lance la stratégie "Bienvenue en France", pour attirer plus d'étudiants étrangers en France d'ici 2027. (THEO ROUBY / AFP)

Édouard Philippe a précisé lundi 19 novembre a nouvelle stratégie du gouvernement pour attirer plus d’étudiants étrangers en France. Un dispositif appelé "Bienvenue en France", que le Premier ministre a détaillé lors des rencontres universitaires de la francophonie qui se déroulent sur trois jours à Paris. L’objectif est d'"augmenter le nombre d’étudiants étrangers accueillis dans nos écoles et nos universités", et de "faire financer les bourses des moins fortunés et des plus méritants en faisant payer les étudiants étrangers qui en ont les moyens", a développé Édouard Philippe.

>> À l'université de Cergy-Pontoise, des formations entièrement en anglais pour attirer les étudiants étrangers

L’ambition du gouvernement est d'accueillir 500 000 étudiants étrangers chaque année d’ici 2027, contre un peu plus de 320 000 aujourd’hui. Le gouvernement veut améliorer leurs conditions d’accueil, en facilitant par exemple les procédures d'obtention de visas et de titres de séjour.

Renforcer l’équité financière

Autre piste envisagée par le gouvernement, celle de l'équité financière entre étudiants étrangers : ceux qui viennent de l'extérieur de l'Union européenne, et qui le peuvent, payeront des droits d’inscription plus élevés. D'après les estimations du gouvernement, ils seront de l’ordre d’un tiers du coût réel de la formation, soit environ 2 000 à 3 000 euros. En contrepartie, pour les étudiants les moins fortunés, le gouvernement envisage de mettre en place trois fois plus de bourses et d’exonération de droits.

Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité d'aider les universités françaises à s’implanter davantage à l’étranger.