"C'est trop bien, ça nous aère l'esprit" : l'Olympique de Marseille fait découvrir le foot et ses coulisses aux jeunes de quartiers populaires

Plus de 200 enfants sont accueillis au stade Vélodrome pendant la première quinzaine de juillet, dans le cadre des "vacances apprenantes" promues par le ministère de l'Éducation.

L\'OM campus, le jour de son inauguration, en octobre 2018 (illustration).
L'OM campus, le jour de son inauguration, en octobre 2018 (illustration). (GEORGES ROBERT / MAXPPP)

D'habitude sur cette pelouse synthétique du campus d'entraînement de l'Olympique de Marseille, ce sont les pros qui tapent la balle. Mais là, des collégiens des quartiers nord de Marseille ont pris leurs places. Ils enchaînent passes, relais, tirs au but. "C'est l'équipe Payet contre l'équipe Thauvin. Go !", lance Fabrice, formateur de l'OM.

Plus de 200 jeunes passent leurs deux premières semaines de juillet ici, dans le cadre du dispositif "vacances apprenantes", mis en avant après le confinement et la longue fermeture des établissements scolaires due à l'épidémie de coronavirus. Des enfants d'une dizaine de collèges et d'écoles des quartiers sensibles de Marseille découvrent la pratique du football, encadrés par des formateurs du club et par leurs enseignants.

"Partager des belles choses"

"Ils sont à l'écoute, ils sont respectueux, assure le formateur. C'est un pur plaisir d'être là, de partager des belles choses avec les enfants. Toutes les valeurs du football, du sport collectif, c'est ça le principal." Les élèves, eux, ont les yeux qui brillent : "Cela nous aère l'esprit, surtout pour nous qui sommes à la cité. On est dans des habitats déplorables donc ça fait du bien. Aussi pour nos parents, qui peuvent se poser un peu. Ils peuvent se dire 'nos enfants vont bien s'amuser, ils vont être bien', ça fait plaisir."

C'est magique. Il y a du soleil, on s'amuse, on est allé visiter le Vélodrome. C'était le feu. C'était trop bien !Un élèveà franceinfo

C'est une bouffée d'oxygène pour ces collégiens, qui ne partiront pas en vacances cet été. Quelques batailles d'eau se déclenchent, les jeunes rient avec les profs. "En fait ils m'ont mouillée, mais c'est moi qui ai commencé !", glisse dans un sourire Anna, qui enseigne l'espagnol. "Franchement, c'est super sympa. C'est une façon de trouver une approche différente avec les élèves", explique sa collègue Élodie, professeure de français.

Les deux enseignantes ont troqué les cahiers contre les crampons. "On n'est pas dans l'autorité, on s'amuse ensemble, c'est cool !" Mais l'intérêt pédagogique est bien là. "C'est très riche, parce que même s'ils sont supporteurs de l'OM à fond, la grande partie des élèves n'est jamais allée au stade. Ils ne connaissaient pas les vestiaires, comment ça se passe, où ils s'entraînent, etc.", précise Anna.

On verra s'il y a une jeune fille ou un garçon au niveau de jouer un jour au stade Vélodrome. Pourquoi pas ?Nasser, directeur du centre de formationà franceinfo

Découverte donc, et plaisir partagé par les équipes de l'OM. "Après quatre mois et demi de sevrage de foot et de terrain, c'est vrai que ça fait plaisir, surtout avec des petits enfants, estime Nasser, directeur du centre de formation. Ils découvrent aussi l'activité football. Eux aussi, pendant quatre mois et demi, ils ont été cloîtrés chez eux." L'OM Fondation finance l'ensemble de ces activités pour les élèves, jusqu'au retour en bus dans les cités.

Marseille : vacances apprenantes au stade Vélodrome - Reportage de Mathilde Vinceneux
--'--
--'--