Baccalauréat : "Nos élèves ont un niveau moyen ou même médiocre, il y a lieu de s’inquiéter", selon le mathématicien Martin Andler

Le mathématicien Martin Andler estime sur franceinfo mercredi qu'il y a peu d'élèves en France actuellement capables de suivre des études scientifiques du fait de leur niveau en mathématiques trop faible.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un élève écrit au tableau lors d'un cours de mathématiques. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Faut-il s’inquiéter du niveau moyen des bacheliers en France ? Pour Martin Andler, professeur émérite de mathématiques à l’université de Versailles Saint-Quentin, interrogé ce mercredi sur franceinfo, "il y a lieu de s’inquiéter". Il s’appuie sur des études internationales qui montrent que "nos élèves ont un niveau moyen ou même médiocre". L’étude internationale consacrée aux mathématiques et aux sciences (TIMMS) place la France "en queue de tous les pays avancés. C’est une très, très, très mauvaise nouvelle", s’inquiète-t-il. 

franceinfo : Le taux de réussite au bac a beaucoup augmenté, cependant...

Martin Andler : Le bac était avant un diplôme d'accès à l'enseignement supérieur qui qualifiait, maintenant c'est plutôt un diplôme de fin d'études qui certifie que les gens ont atteint un niveau correct à la fin de leurs études secondaires. On est passé quand même de 60%-65% de réussite au baccalauréat à 90% de réussite. Ce n'est pas parce que brusquement le niveau a beaucoup augmenté, c'est que la nature de l'examen a changé. On a quand même des indications par des études internationales. Selon l’étude du Programme International pour le Suivi des Acquis des Élèves (PISA) et l'étude internationale consacrée aux mathématiques et aux sciences (TIMMS), montrent que nos élèves ont un niveau moyen ou même médiocre. L’étude TIMMS nous met tout à fait en queue de tous les pays avancés. C’est une très, très, très mauvaise nouvelle. On considère en général que ces études sont plutôt fiables. Mais quand on voit qu'on est placé en avant-dernière ou dernière position de tous les pays riches dans l'étude TIMMS, il y a lieu de s'inquiéter.

Le niveau s’est-il écroulé ces dernières années ?

Il y a eu une étude TIMMS au niveau de la terminale que la France à faite il y a 20 ans. Et puis, elle l'a fait de nouveau il y a deux ans. En vingt ans, nos élèves avaient perdu 100 points sur à peu près 600. Donc, c'est une très, très grosse diminution du niveau de nos élèves en terminale scientifique.

Le retour des mathématiques dans le tronc commun est donc une bonne nouvelle ?

Remettre une heure trente dans le tronc commun, de mon point de vue, c'est du bricolage, un sparadrap qui ne va pas vraiment changer la situation. Ensuite, quand on parle du niveau moyen, il faut s'entendre sur ce qu'on dit. Est-ce qu’on a besoin de former des scientifiques de haut niveau ? On a besoin de cadres scientifiques, d'ingénieurs. On a besoin de professeurs de mathématiques. Puis on a besoin de gens qui vont faire des études dans lesquelles les mathématiques jouent un rôle, mais pas un rôle central, comme en médecine ou en économie. Et puis, on a besoin que tout le monde ait un niveau de mathématique qui leur permette d'être des citoyens efficaces. Ce n’est pas les mêmes questions. En ce moment, à tous les niveaux, il y a une inquiétude. Par exemple, l'étude TIMMS montre que nous avons très, très peu de bons étudiants, de bons élèves qui sont capables de suivre des études scientifiques.

Pourtant, le Français Hugo Duminil-Copin est lauréat 2022 de la médaille Fields. Comment expliquer ce paradoxe ?

La France produit efficacement des mathématiciens et chercheurs de premier plan. On produit plusieurs dizaines, peut-être une petite centaine de très, très bons mathématiciens chaque année, qui font des doctorats. Là, c'est une question qui concerne 800 000 élèves d'une classe d'âge. Ce n'est pas la même question.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.