Autoconfinement et écoles : "Les décisions prises aujourd'hui le sont sur les erreurs du passé", déplore un médecin généraliste

Une "tolérance" sera appliquée jeudi et vendredi pour les absences des élèves qui s'autoconfinent avant les fêtes. "On le sait depuis des semaines, on ne discute pas de ça le samedi pour communiquer dessus le lundi et que le mardi on ne soient pas au courant", fustige sur franceinfo le Dr Christian Lehmann.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des élèves portant un masque de protection entrent dans une salle de classe du collège Theodore Monod à Bron (Auvergne-Rhône-Alpes), le 1er septembre 2020. (JEFF PACHOUD / AFP)

Pour cette nouvelle phase du déconfinement, le Conseil scientifique appelle à un autoconfinement d'une semaine avant les fêtes. Jean Castex a suggéré mardi 15 décembre que les enfants qui le peuvent n'aillent pas à l'école jeudi et vendredi afin de limiter les risques de contamination au Covid-19 à Noël, reprenant à son compte une recommandation du Conseil scientifique. Une "tolérance" sera appliquée jeudi et vendredi pour les absences des élèves qui s'autoconfinent avant les fêtes.

>> Suivez les dernières informations sur le Covid-19 dans notre direct.

"On marche sur la tête", a réagi sur franceinfo Dr Christian Lehmann, médecin généraliste, qui écrit le "journal de la pandémie" dans Libération, depuis le début de l'épidémie. "Cela fait des mois que l'on dit que les enfants peuvent être contaminants, qu'il faut les protéger, qu'il faut qu'ils portent un masque, explique-t-il. Aujourd'hui, on admet enfin que les enfants peuvent être contaminants et que cela pose un problème dans les familles. Les décisions qui sont prises aujourd'hui sont prises sur les erreurs du passé."

franceinfo : Que pensez-vous de ces recommandations ?

Christian Lehmann : On est à dix jours de Noël et c'est aujourd'hui qu'on entend parler de ça. Le Conseil scientifique a fait cette note samedi, elle a été communiquée lundi soir et aujourd'hui on entend que les principaux concernés, les chefs d'établissements, ne sont même pas au courant. Le Conseil scientifique a attendu pour sortir cette idée que d'autres pays européens aient le courage de prendre des décisions. Une fois que madame Merkel a ordonné un confinement plus strict, cette note fuite. On le sait depuis des semaines, on ne discute pas de ça le samedi pour communiquer dessus le lundi et que le mardi on ne soient pas au courant. Aujourd'hui, tous les mineurs sont autorisés à reprendre les activités artistiques. On marche sur la tête.

Qu'en est-il par rapport aux enfants ?

Cela fait des mois que l'on dit que les enfants peuvent être contaminants, qu'il faut les protéger, qu'il faut qu'ils portent un masque. On s'est battus pour ça contre le ministère, contre Blanquer qui nous a pris pour des hurluberlus. Aujourd'hui, on admet enfin que les enfants peuvent être contaminants et que cela pose un problème dans les familles. Les décisions qui sont prises aujourd'hui sont prises sur les erreurs du passé.

Un autoconfinement est-il efficace ?

Si pendant sept à dix jours vous vous autoconfinez, que vous suivez les mesures barrières de manière extrêmement drastique, le risque d'apporter le virus dans une réunion avec de la famille va être très faible. Mais ça, c'est une question de bon sens. Si pendant sept à dix jours vous faites extrêmement attention, vous évitez les repas qui sont un grand lieu de contamination, pas de cantine d'entreprise, pas de cantine scolaire, mangez dans un coin tout seul, vous diminuez nettement le risque d'arriver à Noël d'avoir le coronavirus et de la passer à quelqu'un.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.