VIDEO. La ministre des Droits des femmes annonce des "mesures pour faire cesser les sites qui trompent les femmes" sur l'IVG

Laurence Rossignol va annoncer "une série de mesures fin septembre" sur ce point. C'est ce qu'elle a indiqué sur franceinfo samedi matin.

"Le 28 septembre, je ferai une annonce pour expliquer comment nous allons faire reculer ces sites manipulateurs ; des mesures seront prises pour faire cesser ces sites qui trompent les femmes." La ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a affirmé, samedi 17 septembre, sur franceinfo qu'elle annoncerait une série de mesures pour lutter contre les sites internet opposés à l'Interruption volontaire de grossesse (IVG), autorisée en France depuis la loi Veil de 1975.

Comme l'avait révélé une enquête de l'AFP en février 2013, sous des apparences d'objectivité et de neutralité, certains sites font l'apologie de la maternité de préférence à l'IVG. Et selon Le Monde.fr, ils véhiculent tout un argumentaire anti-IVG, alors que sur la forme, ils ressemblent à n'importe quel site d'information de santé très officiel.

"Tromper des jeunes filles, c'est un délit"

Samedi matin, Laurence Rossignol était interrogée plus particulièrement sur un site internet aux consonances "franglaises", destiné aux "jeunes", qui dit vouloir "ré-informer sur la sexualité".

Ces sites, "il faut en parler, sinon on ne peut pas dénoncer la duplicité ; c'est jeune, c'est moderne... C'est une manière très pernicieuse de dénoncer les difficultés", a déclaré la ministre. "Il faut dénoncer la duplicité et la pointer ; de mon point de vue c'est un délit d'entrave numérique (...). Etre hostile à l'IVG c'est la liberté d'opinion, mais tromper des jeunes filles, c'est un délit", a-t-elle ajouté. 

Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l\'Enfance et des Droits des femmes, devant l\'Élysée le 14 septembre 2016.
Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, devant l'Élysée le 14 septembre 2016. (CITIZENSIDE/YANN BOHAC / CITIZENSIDE)