Les Toulousaines sont-elles prêtes à emprunter les nouveaux urinoirs 100% féminins ?

Des urinoirs exclusivement dédiés aux femmes sont installés pour une semaine dans la ville rose. Des WC écolos censés largement réduire les temps d'attente.

Article rédigé par
Avec France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les urinoirs Lapee. (XAVIER DE FENOYL / MAXPPP)

Sur la place la plus festive de Toulouse, ce sont deux grosses structures roses qui débarquent vendredi 27 décembre pour une semaine de test. Pas de porte, quelques marches et trois urinoirs séparés par des parois en forme d'hélice, cette structure nommée "Lapee" ("pee" signifiant "faire pipi" en anglais) est installée jusqu'au 2 janvier pour que les femmes n'aient plus besoin de faire la queue des heures pour pouvoir uriner.

Avis partagés

Audrey a une trentaine d'années et elle est conquise par le concept. "Je pense que c'est une bonne initiative", réagit cette Toulousaine, au micro de France Bleu Occitanie, qui ne se cache pas des difficultés qu'elle rencontre au quotidien pour uriner.

Si j'ai vraiment très envie je vais faire pipi dans la rue, dans le caniveau.

Audrey

France Bleu Occitanie

Petit bémol en revanche selon Audrey, "le rose" de ces urinoirs. Elise, elle, a une cinquantaine d'années et a déjà eu l'occasion de tester ces urinoirs lors du marathon de Toulouse et elle reste perplexe. "L'urinoir était posé en ville, sur une petite place au milieu d'immeubles, il y avait des spectateurs qui nous regardaient depuis l'immeuble", explique-t-elle. "Je préfererai aller dans un café même si c'est au fond d'une cave que d'aller dans un endroit ouvert".

90% des files d'attentes aux toilettes sont remplies de femmes

Ce ne sont effectivement pas des WC classiques admet Lea Ducos de la société toulousaine Terreo, distributrice de ces urinoirs. "Ce ne sont pas des toilettes, on ne s'assoit pas. C'est un urinoir, si on ne peut pas tenir on se maintient aux parois", détaille-t-elle. Le besoin de ces urinoirs, lui, ne se discute pas selon Lea Ducos puisque "90% des files d'attentes sont occupées par des femmes dans des événements en plein air".

Une femme prend en moyenne trois minutes pour aller aux toilettes classiques, alors qu'avec Lapee : elle y reste en moyenne 30 secondes.

Lea Ducos

à France Bleu Occitanie

Ces urinoirs 100% féminins se veulent également écolos, l'urine sera récupérée à vélo par une association qui s'en servira pour faire de l'engrais dans des jardins partagés de la ville. Emilion Esnault, l'élu toulousain chargé du dossier reste toutefois prudent, "on y va sans a priori, on va regarder si les Toulousaines se l'approprient", explique-t-il. L'élu attend également de voir si les femmes "se sentent en sécurité, s'il y a suffisamment d'intimité, si ça permet de réduire les mictions sur la voie publique, si les riverains l'acceptent".

C'est aussi un test pour la société Terreo qui préfèrerait se concentrer sur de l'événementiel comme des festivals plutôt que d'installer ces structures durablement dans l'espace public.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.