Cet article date de plus de deux ans.

"La voix de la majorité silencieuse" : en Arabie saoudite, des activistes lancent une radio féministe en ligne

Les militantes et militants féministes réclament la poursuite des réformes en faveur des droits des femmes en Arabie saoudite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des femmes participent à une cérémonie de remise de diplôme d'inspectrice d'auto-école, le 21 juin 2018 à Riyad (Arabie saoudite), quelques jours avant l'entrée en vigueur du décret royal autorisant les femmes à conduire dans le pays. (REUTERS  STAFF / Reuters)

Le son n'est pas de très bonne qualité mais cela s'explique par le caractère amateur du projet. Des militantes féministes saoudiennes ont diffusé, dimanche 19 août, la troisième émission de leur programme radio en ligne en faveur des droits des femmes, rapporte la BBC (en anglais). Nsawya FM diffuse pour le moment un unique programme hebdomadaire d'un peu plus d'une heure sur la plateforme Mixlr, avec pour ambition d'être "la voix de la majorité silencieuse".

Les activistes font notamment campagne contre le système de tutelle masculine en Arabie saoudite, qui permet aux hommes de prendre des décisions au nom des femmes. Dans le pays, les femmes "sont privées de leurs droits fondamentaux" dans de nombreux domaines, rappelle Amnesty International.

La politique et le féminisme sont liées. Nous ne sommes ni un parti politique, ni un groupe d'opposition, et nous ne recherchons pas des confrontations, mais ça ne signifie pas que nous allons éviter d'être critiques ou de parler politique.

Nsawya FM

sur Twitter

"Nous avonc commencé ce projet afin que les gens sachent que nous existons", explique à la BBC Ashtar, une des présentatrices âgée de 27 ans. Au total, neuf femmes – dont sept sont de nationalité saoudienne – et deux hommes travaillent à la production du programme, précise la chaîne. Les militantes appellent les éventuels volontaires à se manifester.

Des récits de violences familiales

Dans leurs émissions ont notamment été évoqués plusieurs cas récents de violences familiales subies par les femmes en Arabie saoudite. Le programme a ainsi raconté l'histoire de Sara, une universitaire saoudienne de 33 ans qui, selon une présentatrice, a été tuée par son frère, alors qu'elle voulait épouser un homme d'une autre nationalité. "Son rêve s'est terminé avec cinq balles tirées par son frère de 22 ans", complète Ashtar auprès de la BBC. Le suicide d'une autre femme, Hanan Shahri, qui se serait donné la mort en 2013 après avoir été frappée par son frère et son mari, a également été évoqué. Ils auraient refusé qu'elle se marie avec son fiancé.

Les réactions négatives envers la radio ne se sont pas faites attendre, ajoute la BBC. Certains ont accusé les militants d'être des "espions" et de ne pas être des "Saoudiens". D'autres demandent aux activistes de garder patience, et de laisser sa chance au roi Salmane, après sa décision d'autoriser les femmes à conduire dans le pays. "C'est de la propagande, a réagi Ashtar auprès de la BBC. Nous sommes saoudiennes et nous le savons."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.