Violences faites aux femmes : le député LREM "fier et heureux d'avoir pu poser cette question"

Mustapha Laabid, élu de La République en marche d'Ille-et-Vilaine, revient sur ce "moment assez intense" de sa jeune carrière politique.

Mustapha Laabid, député LREM d\'Ille-et-Vilaine, le 17 octobre 2017, à l\'Assemblée nationale.
Mustapha Laabid, député LREM d'Ille-et-Vilaine, le 17 octobre 2017, à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)

"Non, nous ne sommes pas indifférents." "Il est urgent de légiférer car il est primordial de montrer aux femmes que le droit est avec elles." Pour sa première question à l'Assemblée nationale, mardi 17 octobre, le député de La République en marche d'Ille-et-Vilaine, Mustapha Laabid, a fait sensation. L'élu a été ovationné après son intervention sur les violences faites aux femmes, en réaction à la profusion de témoignages de victimes de harcèlement sexuel suscités par l'initiative #balancetonporc. "Ça a été un moment assez intense", confie-t-il à franceinfo mercredi 18 octobre.

"Prendre la lumière si soudainement, c'est assez déstabilisant"

"C'était une première pour moi. Je suis un jeune député. Je n'ai aucune expérience du monde politique. Prendre la lumière si soudainement, c'est assez déstabilisant, reconnaît-il. J'ai reçu beaucoup d'émotions, beaucoup d'encouragements, beaucoup de félicitations. J'ai été encensé et félicité, y compris par les députés de La France insoumise, ce qui est plutôt exceptionnel", relève-t-il. La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, l'a remercié. "Une notoriété si soudaine, c'est un peu bouleversant. Mais je garde les pieds sur terre", assure-t-il.

Si mon intervention permet de faire avancer ce débat dans la société, j'aurai fait mon boulot de députéMustapha Laabid, député LREMà franceinfo

"J'ai écrit ma question avec ma collaboratrice entre 11 heures et 15 heures, avant la séance de questions d'actualité au gouvernement. J'y ai mis mes mots et ceux de la journaliste Titiou Lecoq. J'ai déclamé cette question à ma façon, mais j'ai l'impression que j'ai été porté au fil de ma lecture par l'atmosphère qui se dégageait de l'Hémicycle", relate le député. Ce moment n'a pas échappé à l'un des enfants de ce père de famille nombreuse. 

Un engagement associatif contre l'exclusion et pour l'insertion 

"Je suis fier et heureux d'avoir pu poser cette question-là, car je m'intéresse aux questions d'égalité femmes-hommes depuis une dizaine d'années", confie Mustapha Laabid. Ce natif de Rennes, enseignant de formation devenu patron d'entreprise, est connu localement pour son engagement associatif contre l'exclusion et pour l'insertion professionnelle dans les quartiers rennais. 

Il a agi au sein de la fondation Face, qui œuvre contre l'exclusion, et avec le collectif Intermede, qui lutte pour l'insertion professionnelle et contre les discriminations. A l'Assemblée, il est maintenant membre de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. 

Désormais, Mustapha Laabid n'a plus que deux questions à poser à l'Assemblée. "Comme nous sommes plutôt nombreux, nous les députés de La République en marche, nous n'avons droit qu'à trois questions en cinq ans. Pour les questions qu'il me reste, il va falloir que je parle de mon territoire. Mais je ne sais pas si je réussirai à soulever les foules avec le sujet de la ville et de l'insertion."