Automobile : les clichés sur les femmes au volant ont la vie dure

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Automobilistes : les clichés sur les femmes au volant ont la vie dure
France 2
Article rédigé par
M-C Delouvrié, D. Breysse, F. Reboul - France 2
France Télévisions

Les stéréotypes au volant sont toujours d'actualité malgré quelques progrès dans le domaine, révèle une récente étude. Reportage au sud de Toulouse, en Haute-Garonne, pour le JT 13 Heures du samedi 31 juillet.

Entre l'homme et la femme, qui tient le volant sur la route des vacances ? Les automobilistes interrogés sur une aire de repos au sud de Toulouse (Haute-Garonne) sont quasi unanimes : c'est Monsieur qui conduit. "Madame ne veut pas rouler", confie un homme - une réponse entendue à plusieurs reprises. Une exception tout de même : une famille bretonne, où une femme conduit durant tout le trajet. "Ça nous est arrivé d'avoir des réflexions", confie-t-elle. Les hommes et les femmes conduisent pourtant à peu près autant : 11 000 km par an en moyenne. Mais lorsqu'ils sont ensemble, l'homme conduit dans 81% des cas. "Le rôle de la femme c'est de s'occuper de toute la logistique, de l'organisation du voyage", résume Marie-Axelle Granié, directrice de recherches à l'Université Gustave Eiffel. 

Des réflexions qui perdurent

Les remarques sur le style de conduite supposé des femmes perdurent elles aussi. "Des fois j'ai quelques petites réflexions, notamment sur le passage des vitesses", témoigne une automobiliste. "'Femme au volant, la mort au tournant' : je pense que ça existe encore", affirme une autre automobiliste. 

Les femmes sont pourtant moins impliquées que les hommes dans les accidents de la route. 8% des Français jugent toujours leur conduite mauvaise, contre 15% auparavant. Et si certains mécaniciens sont surpris de rencontrer des femmes qui s'y connaissent mieux qu'eux en électronique, trois femmes sur quatre ne s'estiment pas prises au sérieux par le garagiste. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Egalité femmes-hommes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.