Histoires d'info, France info

Histoires d'info. Femmes au volant... Clichés au tournant

Le droit des femmes à conduire une voiture n'a rien d'anecdotique, c'est le signe d'un changement social. Que ce soit en Arabie Saoudite, auijourd'hui, ou en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une femme au volant.
Une femme au volant. (MAXPPP)

On ne peut que se féliciter que les femmes saoudiennes aient enfin conquis le droit de conduire une voiture, symbole de l’individualisme et de la liberté, avant d’être devenu celui de l’égoïsme et de la pollution. Il n’y aura bientôt plus aucun pays du monde où les femmes n’auront plus le droit de conduire, ce qui est tout de même, avec la fin de l’anomalie saoudienne, une chose bien normale et qui ne devrait même pas nous réjouir. C’est un signe de changement social profond en Arabie Saoudite comme ça l’a été en France.

En France, les femmes ont toujours conduit, avant même d’avoir le droit de vote. La première femme à avoir eu le permis de conduire en France et même dans le monde, qu’on appelait alors "le permis de capacité", est Marie Adrienne Anne Victurnienne Clémentine de Rochechouart de Mortemart, duchesse d'Uzès, une grande féministe. C’était en mai 1898. Trois mois plus tard, le 3 juillet 1898, elle devient la première femme à recevoir une contravention, pour avoir atteint la vitesse folle de 15 km/h dans le bois de Boulogne, contre les 12 réglementaires ! Mais elle n’avait pas une goutte d’alcool dans le sang, elle qui était tout de même l’arrière petite-fille de la veuve Cliquot !

Non, les femmes ne conduisent pas plus mal que les hommes

Dans les années 1950 et 1960 c’est un véritable marronnier de la télévision française mais au cinéma aussi, l’image que la femme qui conduit est dangereuse, nourrissant ce diction machiste :  "Femme au volant, mort au tournant". Tueuse ou victime, chez Hitchcock dans Vertigo ou Psychose, chez Ridley Scott dans Thelma et Louise ou chez Truffaut dans Jules et Jim, dans la fameuse scène du pont de Limay…

Le cliché est tellement établi qu’en 1979, Jean-Pierre Pernault se voit obligé de les points sur les i.

Jean-Pierre Pernaud : "Toujours au chapître de la circulation, il faut mettre fin à une légende. Non, les femmes ne conduisent pas plus mal que les hommes, elles conduisent même plutôt mieux. Tous les chiffres le prouvent. Le Centre de documentation de l'assurance vient même d'établir le portrait robot de la parfaite conductrice, Alain Schneider."

Alain Schneider : "La parfaite conductrice a plus de 30 ans. Elle est mariée, heureuse en ménage, mère de famille..."

Les femmes peuvent donc conduire, mais plutôt des petites voitures et en aucun cas des bolides, écoutez le pilote de Formule 1 Jacques Laffite, c’était en 1982 dans Le Grand Echiquier de Jacques Chancel.

Jacques Chancel : "Les femmes ne sont pas nombreuses dans votre discipline. Et vous m'avez toujours dit que les femmes n'avaient rien à faire en Formule 1. Alors, dites-moi pourquoi vous êtes macho à ce point ?"

Jacques Laffite : "Non mais je ne suis pas macho, je crois que dans tous les sports, ce n'est pas une question d'être macho ou de ne pas aimer les femmes. C'est qu'une femme à mon avis physiquement est moins forte qu'un homme et que dans n'importe quel sport, une femme ne peut pas battre un homme. Une femme peut battre un homme qui est diminué mais pas un vrai homme."

Propos d’un autre temps ? Pas vraiment

En 2005, le pilote britannique Jenson Button, champion du monde 2009, avait déclaré : "Une fille à gros seins ne serait vraiment pas bien installée dans le baquet de la F1. Et les mécaniciens n'arriveraient pas à se concentrer. Mettez-vous à la place de celui qui doit attacher sa ceinture de sécurité..." 

Mais les choses changent petit à petit et cet été, Disney a sorti Cars 3, le dessin animé où les personnages sont des voitures de course; Devinez qui est le champion ?

C’est une championne, Cruz Ramirez, qui n’avait pas osé se lancer dans la compétition parce qu’elle était une femme. Alors si comme souvent le cinéma hollywoodien reflète et anticipe les évolutions sociétales, on peut se dire qu’au moins derrière le volant, l’égalité formelle pourrait devenir une égalité réelle.

Une femme au volant.
Une femme au volant. (MAXPPP)